lundi 24 avril 2017

#Exposition: Girl Super Power à la Galerie Sakura

Chez The Melting POP, on a nos petites adresses. Pour preuve ce week-end alors que nous étions (avec Jessie de #FDS) en excursion à Paris nous en avons profité pour faire un passage par la Galerie Sakura. Cette galerie d'art contemporain dont nous vous parlions déjà en septembre dernier. Au programme de leur dernière exposition en date, le "Girl Power". A peine remis de notre road-trip, on vous partage quelques lignes et des petites photos. Let's start the riot ! 



Wonder Woman, Leia Organa, Catwoman ou encore Mère Térésa et Diana, outre le fait d'être des femmes, ces héroïnes réelles et fictives sont devenues de véritables mythes. Premièrement pour la cause féminine qu'elles ont fait évoluer en secouant les mœurs quotidiennes, en réalisant des actes de bravoure ou de manière plus restreinte, mais non moins efficace en bousculant les clichés du grand écran. Ensuite, elles sont devenues dans le paysage contemporain de véritables icônes de la POP-culture. Grâce à ces deux titres cumulés, ces femmes de pouvoir méritaient bien une exposition, et grâce à l'aide d'une quarantaine d'artistes, c'est à la Galerie Sakura sur de nombreux supports et tout en couleurs qu'on leur offre leurs lettres de noblesse. 

Du 11 mars au 4 juin 2017, ces super-héroïnes rencontrent l'art pour le plus grand plaisir des amateurs du genre. Le rendez-vous se tient au 21, rue du Bourg-Tibourg à 75004 PARIS et en voici un petit aperçu. 







jeudi 20 avril 2017

La récap'POP d'avril (partie 2)

Pas de repos chez The Melting POP. Alors que le mois d'avril touche à sa fin, on est de retour avec une seconde édition de notre sélection musicale bimensuelle, la récap'POP. Dans ce nouveau numéro on ne parlera pas de Lady Gaga qui a fait son retour sur la scène de Coachella avec "The Cure" un nouveau single estival aux antipodes de son dernier  album "Joanne" qu'on avait acclamé. Non, on zappe cette déception et on se concentre sur 4 sons qu'il faut au plus vite ajouter dans vos playlists. Musique ! 

Juliette Armanet cartonne avec son premier album "Petite Amie" 


Il y a tout juste un an, en avril 2016, The Melting POP vous faisait découvrir Juliette Armanet et son univers doux et soigné au travers de son excellent EP "Cavalier Seule". Deux mois plus tard, l'artiste revenait même sur le blog pour un entretien exclusif dans lequel elle nous annonçait la préparation et la sortie d'un premier opus. Après quelques mois de travail, le grand jour est enfin arrivé, et "Petite Amie" le premier album de Juliette est paru le 7 avril chez Barclay. Entre POP et variété française, l'interprète de "L'Amour en Solitaire" éveille la curiosité et séduit grâce à un univers léger et délicat qui fait du bien aux oreilles. 

Soutenue par les radios et grâce à une campagne de promotion excellente, l'artiste à réussi l'exploit de hisser son opus dans les 20 premières places du TOP albums en France (+ 2000 exemplaires vendus). Pour l'occasion, on partage avec vous "Je te sens venir" la version française de "I feel It Coming" de The Weeknd, interprété par Juliette avec des cuivres et un piano, cette adaptation prend tout son sens. On adhère et on lui tire notre chapeau !  



Bleachers revient et annonce un nouvel album "Gone Now"

Le 2 juin prochain, le groupe américain Bleachers sera de retour dans les bacs avec son troisième album "Gone Now". Toujours emmené par Jack Antonoff, la petite bande publiera donc le successeur de "Terrible Thrills, Vol 2" paru en 2015. Pour promouvoir ce nouveau projet, le groupe a déjà dévoilé deux singles "Don't Take the Money" enregistré avec Lorde et l'excellent et dansant "Hate That You Know Me" sur lequel on peut retrouver Carly Rae Jepsen

Fruit de deux ans de travail, "Gone Now" comportera 12 pistes. Comme à son habitude, ce sont les amours difficiles qui ont inspiré Jack Antonoff pour produire et réaliser ses pistes. Au sujet de l'opus, il déclare "Go Now est l'album d'un homme seul, essayant de comprendre ses pertes et de passer à autre chose". Annonçant également de nombreuses collaborations ce nouvel opus devrait tenir ses promesses et on l'attend avec impatience. 



Madh: le hip-hop friendly 

À seulement 23 ans, Madh de son vrai nom Marco Cappai a déjà une jolie carrière derrière lui, et vu le joli succès qu'il rencontre dans son pays natal l'Italie on pense pouvoir dire que celle qui est devant lui est aussi promise à de nombreux autres succès. Candidat de la 8e saison d'X-Factor en Italie, il séduit le jury et les téléspectateurs en reprenant Drake, Santigold ou encore les Fugees

Directement après l'émission, il a commencé à publier des singles, et très vite, le succès a été au rendez-vous. Savant mélange de POP et de HIP-HOP, le jeune homme séduit grâce à son look atypique et ses mélodies originales et décapantes. Dernier son en date, "La La La" un morceau hip-hop sur lequel l'artiste lâche un flop décapant. On écoute en boucle et on savoure l'intégralité de sa discographie en attendant son nouvel album à paraître dans le courant de l'année. 



Allie X bientôt de retour avec un deuxième album "CollXtion II" 

Jeune trentenaire venue du Canada, Allie X fait partie de ces artistes qui dans l'ombre ont réussi à mener leur barque et poser les bases d'une solide carrière loin des projecteurs et de la pression que peut imposer l'image d'une POPstar. Pourtant, à en regarder son CV, Alexandra Ashley Hughes n'a pas à rougir de son parcours. EP, albums indépendants, clips, musiques de film, songwriting, l'artiste est partout, et surtout là ou on ne l'attend pas. 

Après avoir publié quatre albums indépendants et un album chez Universal (CollXtion I) l'artiste sera de retour en juin sur le label Twin Music pour proposer son deuxième album studio. Pour inaugurer et promouvoir cet album à paraître le 9 juin Allie a récemment dévoilé le single "Paper Love" un morceau éléctro-pop porté par un refrain entêtant. On vous laisse découvrir. 

dimanche 16 avril 2017

Ruby Cube: 5 garçons dans le vent

Aujourd'hui, The Melting POP poursuit sa mission découverte en vous parlant de Ruby Cube un petit groupe qui fait de la POP comme les Anglais, mais le petit plus, c'est qu'ils sont français et qu'ils sont promis à un bel avenir. Après des premiers pas remarqués en 2016, la bande fait son retour avec un nouveau single annonciateur d'un premier album à paraître en septembre prochain. Avant que tout le monde ne vous en parle, on a décidé de vous les présenter. Focus !



En apparence, les cinq garçons de Ruby Cube ressemblent à ces groupes/boys band interchangeables qui font de la musique pour les radios et qui grâce à des visuels mystérieux et insolents, ont tout pour séduire les midinettes à la recherche de leur prochain coup de foudre. Seulement voilà, l'habit ne fait pas le moine et lorsqu'on gratte un peu, on se rend compte que le projet tient la route et qu'il fait même partie de ce que la scène française propose de mieux en matière de Synth-POP. 

Samson, Joseph, Christophe, Arthur et Eliott (ces deux derniers étant frangins) sont originaires de Toulouse. Ensemble, ils forment une sympathique bande de potes, qui ont décidé de faire la musique. Si au départ, le projet a démarré sans prétention alors qu'ils étaient encore collégiens, l'alchimie a vite fait le reste et dès 2010, alors qu'ils n'ont qu'une seule compo entre les mains, les garçons investissent les scènes toulousaines et se paient même le luxe en 2011 de faire la première partie de Catherine Ringer. Accro à la scène, ils multiplient les concerts et en 2013, ils balancent "Utopia" un premier EP brillant qu'ils auront la chance de défendre sur la scène du Printemps de Bourges. Malgré le potentiel de l'EP, c'est cependant leur retour en 2016 avec les singles "Lobters & Cherries" et "Blood In Love" qui va réellement éveiller la curiosité des médias. Plus POP, les deux morceaux séduisent et captivent grâce à des synthés modernes et ambitieux. Tandis que la vidéo de "Lobsters & Cherries" tournée dans un hôpital psychiatrique, apporte au groupe une aura visuelle qui fait mouche. Dans la même veine, ils proposent aujourd'hui le nouveau single "Precious Stone", une ballade rythmée soutenue par un clip à l'esthétique soignée. Comparés à Metronomy un peu partout sur Internet, les garçons n'ont rien à envier à la bande anglaise et on leur souhaite le même parcours. 

Alors que l'enregistrement de leur premier album, qui paraîtra en septembre 2017, s'est terminé il y a quelques mois, les membres de Ruby Cube reviendront sur la scène du Printemps de Bourges le 19 avril prochain avant de partir faire résonner leurs synthés sur les routes de France. On vous glisse quelques dates juste en dessous et on vous invite à les découvrir de toute urgence ! 


avr. 19 @ Off Printemps de Bourges - Le Bureau @Bourges (18)
juin 09 @ Festival Montereau Confluences (77)
juil 08 @ Rai’stival - Rai (61)
juil 29 @ Off Festival Ecaussysteme - Gignac (46)
sep. 16 @ Festival Massillades - Marseille, France (13)

vendredi 14 avril 2017

Bishop Briggs: la nouvelle révélation de la scène alternative

En ce 14 avril 2017, Bishop Briggs débarque avec son premier EP éponyme. À l'occasion de la sortie de ce premier effort, The Melting POP a décidé de vous en dire davantage sur celle qui a signé son premier succès grâce au single "River" paru en début d'année 2016. Entre POP et trap-music la jeune artiste dévoile un univers qui ne devrait pas vous laisser indifférent.



Il y a un an, Bishop débarquait sur Soundcloud avec "Wild Horse" et "River" deux singles percutants. À cette époque, très peu d'informations ne filtrent sur la jeune femme. Pourtant tout le monde est déjà d'accord pour souligner son potentiel et son talent. Très vite, le bouche à oreille fait son travail et de partage en partage, d'article en article, le single "River" réussit à se faire une place dans les charts alternatifs américains. Cumulant à ce jour plus de trois millions d'écoutes sur Soundcloud et six millions de clics sur YouTube, le morceau fait son nid et inscrit son interprète sur la liste des artistes les plus prometteurs de la nouvelle scène alternative. Pour en arriver là, la jeune femme qui fêtera ses 25 ans en juillet prochain n'a pas suivi un parcours classique. Née Sarah Grace McLaughlin de parents écossais, l'interprète de "Wild Horses" passe les premières années de sa vie à Londres avant de démanger à Tokyo. Là-bas, sa passion pour la musique se développe, et entre cours de piano et premier pas dans une chorale, elle semble s'épanouir. Pourtant, c'est en chantant pour la première fois en public dans un karaoké Japonais que Sarah va comprendre qu'elle est faite pour la scène. Devenue accro aux bars karaoké, la jeune femme se met à écrire, à composer, et se destine à des études de musicologie. Diplômée d'une grande école Hong-Kongienne, elle déménage à 18 ans aux États-Unis pour poursuivre son cursus au Musical Institute de Los Angeles. Une fois arrivée au pays de l'Oncle Sam, l'artiste poursuit ses performances dans les bars du coin en se faisant appeler BishopBriggs, en référence à la ville où ont grandi ses parents. C'est à ce moment-là qu'elle est remarquée par un producteur qui décide de lui faire enregistrer ses premières démos. Très vite, la machine s'emballe et en mars 2016, Bishop se voit proposer un contrat d'enregistrement avec Island Record une filière d'Universal Music qui a notamment signé Justin Bieber et Shawn Mendes

Après quelques mois de travail et de nombreuses performances dans les plus grands festivals américains, Bishop Briggs propose enfin son premier EP. Riche de 6 tracks, ce premier effort qui contient les tubes "River" et "Wild Horses", et définit par la jeune femme comme un mélange de trap-music et de POP-moderne. Entièrement écrites et composées par ses soins, ses six premières pistes sont également teintées d'une soul envoûtante qui entraîne l'auditeur dans l'univers sombre et captivant de la jeune femme. Soutenu par une voix puissante, ce premier travaille séduit de bout en bout et nous fait languir d'entendre la suite. À l'affiche de Coachella, mais également en tournée à travers toute l'Amérique du Nord, Bishop ne semble pas avoir fini de nous séduire. 


jeudi 13 avril 2017

#POPCulture: Zoom sur America's Next Top Model, l'immortel de la télé-US.

Aujourd'hui sur The Melting POP, on est de retour avec un nouvel article #POPCulture. Si l'idée de départ était, en ce mois d'avril, de vous proposer un article sur les Power Rangers, ces icônes du petit écran qui ont marqué plus d'un gamin de la Génération Y, et qui débarquent aujourd'hui dans les salles obscures, nos plans ont été quelque peu contrecarrés quand nos confrères des Inrocks, ces filous qu'on adore, ont dégainé un article qui résume parfaitement notre pensée. Au lieu de faire de la redite, on vous suggère d'aller lire ce qu'ils ont écrit. Tandis que de notre coté, on va s'intéresser, à un mastodonte de la télévision Américaine, America's Next Top Model



Reposant dans les grandes lignes sur la même mécanique que RuPaul's Drag Race, America's Next Top Model est une émission de télé-réalité qui est apparue sur les écrans en 2003. Depuis lors, 23 cycles (saisons) ont été diffusés et le show reviendra en 2018 avec une 24e salve d'épisodes. Certes moins populaire qu'à ses débuts, le concours qui a pour but de partir à la recherche de la future star du mannequinat aux USA, a cependant réussi à s'imposer comme l'un des rendez-vous les plus cultes du petit écran. La recette du succès de l'émission est simple. Premièrement, elle est produite et animée (a l'exception de la 23e saison) par Tyra Banks, un top model phare des années 90 qui a réussi à mener sa barque aussi bien sur le papier glacé, que sur les podiums et les plateaux de télévision. Véritable atout de l'émission, Tyra offre à son bébé, une crédibilité puissante, ainsi qu'une image de marque. Drôle, positive, mais parfois piquante, elle réussit à porter, à la fois la casquette de maître de cérémonie qui distribue les bons et les mauvais points, et celle de la bonne copine qui est toujours là pour soutenir ses poulains et les aider à progresser. Pour ajouter un peu de piment et de cohérence à la recette, Tyra s'entoure chaque saison, d'un jury de professionnels qui l'aide à sélectionner et évaluer les candidats. Parmi les juges les plus mythiques, on retiendra la redoutable et hilarante Janice Dickinson (saison 1 à 7) que beaucoup considèrent comme la première "supermodel", l'intransigeante Kelly Cutrone (saison 17 à 22), ainsi que Jay Alexander et Jay Manuel qui ont tous deux à leur manière marqué l'émission de leur essence.  Autre ingrédient clé du programme, ses épreuves. En 23 saisons, les candidats ont shooté avec tout et n'importe quoi, sous tous les angles, dans toutes les positions et sous toutes les coutures. Shootings dans les airs, avec des animaux, recouverts de peinture, la tête à l'envers, en duo, en groupe ou encore sous l'eau, les équipes de productions se sont démenées pour proposer aux téléspectateurs le meilleur et parfois le pire du mannequinat. Certains clichés et certains effets ne resteront pas dans les annales, mais c'est aussi les petits défauts qui font d'un programme, un véritable mythe. 

Avec 23 saisons et une mécanique bien huilée, le programme a sans cesse tenté de se renouveler: une saison All-star (qui reste l'une des moins réussies de l'histoire d'ANTM), une battle US VS UK, utilisation de nouvelles technologies pour les photos et les retouches, mise à contribution des réseaux sociaux ou encore apparition des garçons dans les saisons 20,21 et 22, les équipes d'America's Next Top Model n'ont reculé devant rien et surtout pas devant la baisse des audiences (6 millions pour la saison 2 sur UPN contre 1,5 pour le 22e cycle sur CW), pour en mettre pleins les yeux au public. 

Malgré ses qualités indéniables, on reprochera cependant au programme, d'avoir trop souvent sombré du coté putassier et tire larme de la chose, en montrant des candidats qui ont vécu tous les malheurs du monde. Après 23 saisons, on en serait presque à se demander si les déboires familiaux et autres troubles de la personnalité ne sont pas des atouts pour faire partie de la sélection finale. Quoi qu'il en soit, avec plus de 300 épisodes et presqu'autant de candidats, l'émission reste l'une des télés-réalités américaines les plus cultes de sa génération. Adapté dans près d'une quarantaine de pays, le format a également rencontré un franc succès en Australie, en Allemagne, en Angleterre et aux Pays-Bas. En France et Belgique, les adaptations n'ont connues que deux courtes saisons, qui n'ont pas remporté les faveurs du public. 

Renouvelée pour une 24e saison qui sera diffusée à l'hiver 2018, America's Next Top Model verra le retour à la présentation de l'icône Tyra Banks qui avait laissé sa place à Rita Ora dans le cycle 23. Toujours diffusée sur VH1 comme c'est le cas depuis l'annulation du programme par la CW en 2015, l'émission verra s'affronter comme chaque saison une quinzaine de candidats. Grande nouveauté pour cette future saison: plus aucune limite d'âge. Voilà une révolution qui promet encore de nombreux rebondissements. Pour conclure, notons que grâce à l'émission près d'une cinquantaine de candidats ont réussis à faire carrière dans le milieu de la mode et certains ont même réussis à se faire une place à la télévision, c'est le cas de Yaya Dacosta, Eva Marcille ou encore Nyle Dimarco