mardi 27 janvier 2015

Charleroi: Toutes les gares ont une histoire



À l’heure où la majestueuse gare des Guillemins de Liège fait office de véritable œuvre d’art futuriste et à l’heure où la gare de Mons tente difficilement de se renouveler, je suis de retour en  collaboration avec ma camarade de Fumeur de Souvenir, pour vous illustrer avec mes mots et en photo, la gare qui borde les quais de la ville dont je vous ai déjà tant parlé. Vous l’aurez compris, après vous avoir fait découvrir il y a quelques semaines la Librairie Molière, place à la gare de Charleroi-Sud. 



Inaugurée en 1874, après une longue période de travaux, la gare de Charleroi a immédiatement trouvé sa place dans ce qui était à l’époque, l’une des plaques tournantes de l’industrie européenne, la sidérurgie et le charbonnage était en effet à leur âge d’or. 

Imaginée par l’architecte Lambeau, qui a également conçu les anciennes gares de Liège Guillemins (1864-1958) et Namur, Charleroi-Sud s’inspire fortement des gares Parisiennes Nord et Est. Avec un budget moindre, la grandiloquence est évidemment restreinte par rapport à ses cousines françaises, mais les codes principaux sont bien présents. 

Gare de Liège Guillemins (1870) Gare de Paris Nord - Gare de Namur


En érigeant son œuvre dans un style néo-classique et avec des matériaux (fer et verre) peu utilisés au 19e siècle. L'architecte a fait preuve de modernisme. L’arc en plein cintre qui domine la façade avant donne au bâtiment des allures d’aqueduc. Près de 140 ans plus tard, malgré de nombreuses transformations et contrairement à ses consœurs, la station carolo conserve toute son authenticité. 



À l’heure actuelle,  et avec près de 70.000 embarquements par semaine, Charleroi-Sud est la 4e gare, la plus fréquentée de Wallonie. À l’intérieur, dans la salle des pas perdus, la verrière et une mosaïque  illuminent le hall. 

Moderne et convivial, le couloir commercial qui relie les deux entrées est un passage obligé pour les voyageurs désireux de combler une petite faim, un besoin pressant, ou tout simplement une irrésistible envie de caféine. 



Jour après jour, les 12 quais du Square des Martyrs voient défiler des passagers, des travailleurs, des étudiants, qu’ils souhaitent rejoindre le Pays Noir, son aéroport ou qu’ils soient en partance pour Mons, Namur, Anvers, Bruxelles, Paris, etc.  Ces visages sont autant de destinés diverses qui misent bout à bout forment une histoire. L’histoire d’un lieu, un lieu de passage, des passages éphémères, bien souvent anodins, mais la prochaine fois que vous franchirez ces murs, dites-vous qu’à votre façon vous contribuez à faire vivre une gare, à faire vivre une ville.


Retrouvez un article sur la Bibliothèque de l'UT à Charleroi sur FDS

dimanche 25 janvier 2015

Youtubers | Janvier 2015


Les Youtubers dominent le web 


Après la création de ma première chronique « (boys) band », j'avais envie de sortir de l'univers musical pour vous parler d'un tout autre monde, celui du web. Puisque Jay et moi-même sommes bloggers depuis notre naissance -ou presque-, Internet n'a presque plus de secret pour nous. Si nous nous contentons encore que de nos claviers et d'un appareil photo pour illustrer nos articles, nous pensons de plus en plus à passer à la vidéo, comme beaucoup d'autres avant nous.

Depuis quelques années, des Youtubers et Vloggers essayent de se lancer sur le net en postant sur la toile des vidéos d'eux et de leur vie sur la célèbre plateforme. Bien plus populaires que les bloggers traditionnels, certains d'entre eux sont devenus de véritables célébrités. C'est le cas d'Alfie Deyes, Zoe Sugg et de son petit frère Joe Sugg.



Alfie Deyes (Pointless Blog), Youtuber, Vlogger & Writer

Alfie a commencé a poster des vidéos sur Youtube en 2009 et n' a depuis jamais cessé d'alimenter ces trois comptes. PointlessBlog (sa chaine principale) PointlessBlogTv (celle dédiée à ses Vlogs quotidiens) et Alfie Games (dédiée quant à elle aux jeux vidéos)

L'an dernier, Alfie a eu l'incroyable opportunité de lancer son propre store en ligne, créant ainsi ces propres produits dérivés : bonnet, tee-shirt, sweater, posters et même son propre livre « The Pointless Book » où ils inventent les lecteurs à participer pendant leur lecture. 




Zoe Sugg (Zoella), Youtuber, Blogger & Writer

Zoe alias Zoella a elle aussi commencé sa carrière sur le net en 2009. A seulement 24 ans, Zoe est devenue un véritable modèle pour les adolescentes qui suivent régulièrement ces vidéos fashion et beauté sur sa chaine principale « Zoella » et ces Vlogs sur « More Zoella ».

Ces dernières années ont été riches en opportunités et en surprises pour Zoe : rencontre avec One Direction, son groupe préféré, lors de l'avant-première de leur film « This Is Us », sortie de son propre livre « Girl Online » et lancement de sa propre marque de Cosmétique. 

Très proche de ses fans sur les réseaux sociaux, Zoe est appréciée par ses followers, mais aussi par ceux de son petit frère Joe et de son amoureux Alfie.


Joe Sugg (ThatcherJoe), Youtuber & Vlogger

Comme Alfie, Joe est l'heureux propriétaire de trois différents comptes Youtube. Le premier ThatcharJoe (sa chaine principale), la seconde ThatcherJoeVlogs (où ils postent régulièrement ses Vlogs) et finalement la dernière ThatcherJoeGames (où, comme Alfie, il présente des jeux vidéos).

Si le cadet est, pour le moment, un peu moins connu que Zoe et Alfie, il n'a aucune de raison de rougir puisqu'il a commencé sa carrière il y a à peine 3 ans ! 

L'avenir s'annonce doux et brillant pour Joe puisqu'il a eu l'opportunité l'année dernière de faire partie du groupe Band Aid 30 pour récolter de l'argent pour l'association Comic Relief.

Retrouvez-moi dans un mois pour la suite de cette nouvelle chronique sur les Youtubers avec Troye Sivan, Connor Franta et Tyler Oakley.

jeudi 22 janvier 2015

James Bay, la révélation: Let Him Go


Si vous suivez le blog depuis le début vous avez probablement remarqué que j’aimais la musique et que mes goûts été relativement éclectiques. En effet, je vous ai par le passé fait découvrir ici ou des découvertes musicales qui me tenaient à cœur. En ce début d’année 2015 en pleine session d’examen, mais toujours à la recherche de nouveauté musicale j’ai découvert James Bay. Un artiste qui risque de faire beaucoup parler de lui dans les prochains mois. 



Son nom ne vous dit surement pas grand-chose, ou alors vous êtes ici parce que vous l’adorez déjà, quoi qu’il soit on va remettre les pendules à l’heure pour tout le monde. Né en 1990 dans le Nord de l’Angleterre, James se passionne très tôt pour la musique et apprend de manière autodidacte dès l’âge de 11 ans à jouer de la guitare en s’inspirant de vidéos qu’il regarde sur YouTube. Quelques années plus tard, il quitte son village natal pour aller étudier à Brighton. De fil en aiguille, le jeune mélomane fait ses premiers sur scènes et commence à écrire ses propres textes. 

Lors d’une représentation comme toutes les autres, un spectateur présent dans la salle filme la prestation de l’artiste et la poste dès le lendemain sur YouTube. Très vite, les vues s’enchaînent et la vidéo fait le tour du web. L’histoire peut paraître incroyable, mais ça ne s’arrête pas là, puisque 7 jours plus tard la vidéo atterrit sur le bureau d’un grand producteur anglais qui décide sur-le-champ de signer le jeune artiste. 



Début 2013, un premier EP «  The Dark Of The Morning » paraît sur les plateformes de téléchargement, composé de 5 titres ce projet intimiste teinté de soul ne rencontrera pas son public, mais séduira la critique. En 2014, deux autres EP verront le jour et cette fois le succès sera au rendez-vous. 

Bouleversant, captivant l’artiste propose un univers personnel qui fait la part belle aux mélodies et aux instruments. À l’heure où les radios peinent à lancer de nouveaux artistes face au manque de créativité, James Bay vient souffler un vent de fraîcheur. Auteur, compositeur et interprète, le chanteur sortira le 23 mars prochain, son premier album «  Chaos and The Calm ». Le projet déjà défendu par les titres « Let It Go » et « Hold Back The River » a déjà séduit l’Angleterre. 
 Ainsi, l’artiste peut d’ores et déjà se vanter d’avoir remporté le « Critics Choice Award 2015 ». Ce prix qui récompense les artistes anglais à en devenir est très convoité en Angleterre. Et pour cause les artistes qui l’ont gagné avant lui ont tous connu un destin incroyable : Adèle, Florence & The Machine, Emeli Sandé ou encore Sam Smith pour ne citer qu’eux, Bay semble promis à un bel avenir. 



À l’instar de l’Australie qui a déjà succombé aux charmes de ce surdoué de la folk, L’Europe et les États-Unis ne devraient pas tarder à être atteints par le syndrome James Bay. Le New York Daily Times a d’ailleurs récemment classé l’artiste parmi son classement des futures stars de la musique. L’an dernier ce sont Iggy Azalea et 5 Second of Summer qui avaient pris part à ce classement.

Vous l’aurez compris tous les voyants sont au vert pour le chanteur qui après un passage par Paris le 22 janvier entamera une tournée promotionnelle à travers l’Angleterre et l’Australie.

samedi 17 janvier 2015

Scream Queens : la série qui fait déjà le buzz !



Ça y est, le couperet vient de tomber, alors que des rumeurs concernant  une nouvelle série produite par Ryan Murphy avaient déjà enflammé la toile en octobre dernier, la chaîne FOX vient tout juste d’annoncer la commande de ce nouveau show. À peine commandée, la série fait déjà le buzz sur les réseaux sociaux ! The Melting POP, vous explique les coulisses d’un futur phénomène. 

Si autre fois, les comédies dramatiques dominaient le marché télévisuel américain, depuis la fin de « Desperate Housewife » en 2012, aucune série du genre n’a réussi à soulever les foules outre-Atlantique. Face à ce triste constat, le producteur Ryan Murphy semble avoir eu une idée de génie : Combiner son amour pour l’épouvante qu’il cultive avec succès depuis quatre saisons sur FX dans "American Horror Story" avec l’humour qu’il a réussi a infuser à "Glee" son drama musical qui touchera à sa fin d’ici quelques semaines. 

Évidemment, il est pour l’heure impossible d’émettre un avis constructif et objectif sur la série qui ne débarquera qu’en septembre prochain à l’antenne, mais les premières informations concernant le show laissent présager le meilleur. Nommée « Scream Queens » la future création de Ryan Murphy se déroulera sur le campus d’une université mise à mal par un tueur en série. 

Si le scénario peut aux premiers abords paraître simpliste et déjà vu, les premiers noms qui viendront composer le casting ont créé un véritable engouement sur Twitter. Pour s’assurer la meilleure visibilité, Murphy a mis les petits plats dans les grands en composant une affiche digne des plus grands films hollywoodiens. 
 

  • Jaime Lee Curtis (Halloween, Freaky Friday)
  • Emma Roberts (American Horror Story, Scream 4, Valentine’s Day)
  • Keke Palmer (True Jackson, Jump In !)
  • Abigail Breslin (Zombieland, Little Miss Sunshine)  


La série sera composée de 15 épisodes d’une heure ajoutez à cela, qu’il s’agira d’une série d’anthologie entendez par là, qu’à l’instar d’ « American Horror Story » et en cas de succès le show reviendra avec une nouvelle histoire et un nouveau casting. Ce savant mélange d’horreur et d’humour agrémenté d’un casting haut en couleurs est d’ores et déjà attendu par une communauté de fans qui ne cessent de croître de jour en jour. 

Si vous aimez l’univers de Ryan Murphy sachez que malgré l’annulation de « Glee » le producteur star sera de retour la saison prochaine avec une nouvelle salve d’épisodes d’ «American Horror Story ». Qui plus est, la chaîne FX  à également commandé « American Crimes Story » une autre anthologie produite par Murphy qui racontera pour sa première saison l’histoire du procès très médiatisée d’O.J Simpson. Là encore, le casting s’annonce jouissif puisqu’il réunira David Schwimmer (Friends), John Travolta (Grease) & Sarah Paulson (AHS). 

David Schwimmer, Sarah Paulson & John Travolta au casting de American Crimes Story
 Voici déjà quelques bonnes raisons de s’intéresser de près à la saison télévisuelle US 2015/2016.

jeudi 15 janvier 2015

La récap'POP de janvier: spécial "Come-Back"



Une fois n’est pas coutume, on se retrouve comme tout les quinze jours pour votre rubrique musicale, La Récap’POP. La première de l’année 2015, et pour fêter ça, ce numéro sera un spécial come-back. Au programme, 9 artistes, 5 retours, 5 titres ! 



On commence avec Ciara, la chanteuse américaine a dévoilé le 14 janvier dernier « I Bet », le premier extrait de son 6e album à paraitre dans le courant de l’année. « I Bet » est une ballade émouvante, dans laquelle l’artiste chante un amour difficile et inopportun. Plus posée l’artiste délaisse le RNB langoureux qui lui a fait défaut sur « Sorry » ou « Body Party » pour revenir a un son plus singulier. Un premier titre réussi, annonciateur d’un opus plus personnel. En effet, l’interprète de « 1, 2 Step » a déclaré que ce nouveau projet serait synonyme de création et de nouveau départ. Un renouveau qui ne devrait pas faire de mal et qui permettra peut-être à Ciara de retrouver le haut des charts. 



Le haut des charts justement Tulisa aimerait bien le retrouver. Depuis 2012 et le carton de son titre « Young » l’artiste traverse une phase difficile. Séparation de son groupe N-Dubz, échec de son premier album, renvoie du jury de X-Factor ou encore trafic de drogue et chirurgie esthétique. À défaut de faire l’actualité grâce à sa musique l’artiste a défrayé la chronique. Qu’à cela ne tienne, elle est aujourd’hui bien décidée à reprendre sa carrière en main. Pour ce faire, c’est « Living Without You » un titre aux sonorités dance/house qui a été envoyé aux radios anglaises. Si pour l’heure le titre n’a pas encore déchainé les foules, l’ex-jurée de X-Factor UK ne s’avoue pas vaincue et planche actuellement sur un second album. 



Depuis 2012 et la sortie de son premier best-off et d’un album de Noel, Kelly Clarkson s’était faite discrète dans les médias préférant privilégier sa vie de famille. Un bébé et deux ans de silence plus tard, l’ex-candidate victorieuse d’American Idol signe son grand retour. Si la chanteuse nous avait habitués à des productions pop-rock sur ses précédents opus, c’est sur un nouveau terrain, qu’elle semble se diriger pour son nouvel album « Piece by Piece » à paraitre en mars 2015. Effectivement, à l’écoute du premier single « Heartbeat Song » paru début janvier, force est de constater le virage pop emprunté par l’artiste. Un changement de cap sans doute motivé par le succès colossal de sa consœur Taylor Swift qui a explosé tout les compteurs avec son album pop « 1989 ». 







Autre retour qui se précise et qui fait du bien, c’est celui des G.R.L. Le girls band qui en septembre dernier a perdu Simone Battle l’une de ses membres fait aujourd’hui et après plusieurs semaines de silence son grand retour. Après le succès de « Ugly Heart » et malgré la perte malheureusement de leur amie, les 4 demoiselles ont décidé de s’unir afin de proposer « Lighthouse » un hommage à leur ancienne partenaire de scène. Si des démos avaient fuitées sur la toile, il y a quelques semaines, c’est désormais la version officielle qui vient de débarquer. Munie d’un clip rassemblant des images d’archives de Simone, la chanson s’avère émouvante et bien produite. Paula, Natasha, Emmalyn et Lauren nous offrent ici un beau témoignage de leur amour pour celle qui nous a quittés le 7 septembre dernier. 





On termine en douceur avec Natasha Bedingfield. Absente des charts depuis 2010, l’artiste connue pour ses titres « Unwritten », « These Words » ou encore « Pocketfull Of Sunshine » fait son retour sur le devant de la scène. Pour son come-back, l’Anglaise a choisi de défendre une noble cause : une campagne de sensibilisation à la maladie mentale chez la femme. Pour ce faire, elle a écrit le titre pop « HOPE » disponible sur iTunes depuis le 13 janvier. Malgré une bonne volonté palpable, le titre souffre d’un manque d’efficacité. Cette réapparition caritative est aussi, l’occasion pour Natasha de tâter le terrain avant l’arrivé de son 4e album « The Next Chapter » attendu depuis maintenant deux ans.


 Pour ne plus rien manquer, rejoignez nous sur les réseaux sociaux