samedi 28 février 2015

The Young Professionals: l'élitisme à petite dose



« 20 seconds », c’est un de leurs titres, mais c’est aussi le temps qu’il m’a fallu pour tomber sous le charme du duo, The Young Professionnals. Malgré une pléiade de tubes, Johnny Goldstein et Ivri Lider n’ont pas encore réussi à s’imposer dans les charts. Qu’à cela ne tienne, ils préparent un second album. Focus sur le tandem qui dépoussière la dance music ! 

  Ivri Lider et Johnny Goldstein forment le duo T¥P


Formé en 2009, le duo The Young Professionals est l’association d’un chanteur pop à succès en Israël, Ivri Lider et du producteur électro Johnny Golstein. De cet ensemble détonnant né un son clubesque, explosif et engagé. Pour s’en rendre compte, il suffit d’écouter le premier album du groupe « 9 AM to 5 PM 5 PM to Whenever » paru en 2011. Composé de 12 titres, le disque voue un véritable culte à la culture populaire (n’en témoigne la première piste de l’album « TYP D.I.S.C.O » sample d’un tube des années 80) tout en puisant une inspiration non négligeable du coté de l’électro branchouille et maniérée. L’addition pourrait s’arrêter là, mais c’était sans compter sur des textes forts et investit (20 Seconds, Angry Alone, …). Si la combinaison peut au premier abord paraître repoussante, le résultat s’avère harmonieux, tendance, accessible, mais pas trop.



TYP ft Anna F "All of It But Me"
Autre point fort de la communion des deux artistes, l’univers visuel : soigné, kitch et parfois trash. Ici les «  T¥P » surfent avec une maitrise quasi professionnelle au dessous du mauvais goût tout en évitant les pièges de la surenchère. 

  De retour sur le devant de la scène en ce début d’année, le groupe défend actuellement le titre « All of it but Me » annonciateur d’un second album « Quick Quick, Star Star, Money Money » à paraître avant la fin de l’année. Sur ce morceau additif aux sonorités électriques, The Young Professionnals accueille la pétillante chanteuse POP/folk Autrichienne, Anna F pour un featuring décoiffant. Un bon moyen de nous faire patienter en attendant la suite des hostilités. 


vendredi 27 février 2015

Fashion #2 : le total look blanc [ou presque] !



Suite au succès de mon premier article « LOOK » dans lequel je vous tentais de vous convaincre d’oser le fluo, je suis de retour pour un nouveau post, de nouvelles photos et un nouveau style. 

Grand fan de couleurs foncées, il n’est pas rare de me voir adopter un style 100% black. Le blanc par contre c’est une tout autre histoire, malgré quelques pièces blanches dans mes tiroirs il est assez rare de me voir accoutré de ce symbole de pureté. N’étant pas réellement synonyme d’innocence et probablement pour être en accord avec mes pensées je penche donc [très souvent] du côté sombre de la force. Exception faite peut-être de cette jolie de journée de février où le soleil et la bonne humeur ambiante m’ont poussé à enfreindre mon dresscode. 






Bijoux: Claire's, Six, Primark // Bonnet: H&M // Chaussures: New-Look // Jeans: Cool Cat // Montre: Ice Watch // T-Shirt: H&M

mercredi 25 février 2015

La récap'POP de février (Partie 2)



Fin de mois oblige, la Récap’POP est de retour sur le blog. Pour cette édition, j’ai décidé en grande partie de vous faire partager mes découvertes musicales du mois écoulé. Au programme, un Melting Pot de style avec Rae Morris, Jessie Ware, We Are The City mais aussi Ty Dollar Sign !


 Rae Morris: l'électro-soul trouve sa voix

On commence avec Rae Morris, le nom de cette jeune anglaise de 22 ans ne vous dit probablement rien, mais croyez moi sur parole, le talent de cette artiste risque bien de prendre possession de vos MP3 dans les mois à venir. Son premier album « Unguarded » est paru le 26 janvier dernier en Angleterre ou il rencontre déjà un succès remarquable. Composé de 12 pistes électro-soul tous plus réussi les uns que les autres, ce premier essai est une véritable mine d’or. Dotée d’une voix pure et captivante Rae Morris est probablement l’une des artistes les plus prometteuses de sa génération, son talent est d’ailleurs à découvrir sur scène tout au long de l’année puisqu’elle sera en tournée dans quelques villes d’Europe et dans toute l’Angleterre de février à octobre 2015.


Jessie Ware enivrante dans "Champagne Kisses" 

Une Anglaise peut en cacher une autre. Peu connue chez nous Jessie Ware est pourtant une artiste confirmée dans son pays natal. Âgée de 30 ans, l’artiste compte déjà deux albums solos à son actif tous deux classés dans le TOP 10 chez nos voisins anglais. Intitulé « Tough Love » son deuxième album est paru en octobre dernier et il est aujourd’hui promu par le succulent single « Champagne Kisses ». Dans la vidéo de ce titre, l’artiste met en avant un univers rétro et expérimental teinté de POP. L’artiste est également présente sur la B.O du film « Fifty Shade of Grey » et sur l’album « The Pink Print » de Nicki Minaj ou elle fait une apparition planante sur l’excellent « The Crying Game ».


We are the City: non-chalance et hémoglobine pour "King David"

Après l’Angleterre direction le Canada avec mon coup de cœur musical du moment, le groupe « We are the City ». Fondé en 2008 ce trio prog-rock compte déjà de nombreux titres à son actif. Glauque et déjanté l’univers des trois hommes jeunes est aux antipodes de la musique commerciale actuelle et pourtant, difficile de ne pas ce laisser séduire par leurs instrus déconstruites et leurs textes ténébreusement additifs. Mention spéciale au léger  mais exaltant « Friends Hurt » paru il y a quelques mois et au petit dernier « King David ». Actuellement en tournée, le groupe qui fera une escale à Bruxelles le 5 mars prochain, sortira son opus « Violent » composé de 11 titres le 24 mars, a vos agendas !


"Drop That Kitty" Ty Dollar Sign tient son 1er tube

On termine avec le rappeur américain Ty Dollar Sign qui semble enfin avoir décroché le tube qui manquait à sa carrière. Sur « Drop That Kitty » l’artiste a réunit en featuring, Charli XCX ainsi que la nouvelle révélation du R’n’B américain, Tinashe. L’ensemble donne un titre urbain accrocheur au refrain terriblement efficace rappelant à certains moments, le tubesque « Fancy » de Iggy Azeala et Charli XCX. Grâce à ce pari réussi, Ty Dollar Sign met toutes les chances de son côté pour faire de son premier album « Free TC » un futur succès commercial.


lundi 23 février 2015

Youtubers | Février 2015

En janvier dernier, je m'installais à nouveau sur The Melting Pop pour démarrer ma seconde et toute nouvelle rubrique « Youtuber ». Un mois plus tard, je suis (comme promis) de retour pour vous présenter trois autres stars de YouTube : Connor Franta, Troye Sivan et Tyler Oakley.

Comme Zoella, PointlessBlog et ThatcherJoe, ces trois Youtubers font partie intégrante de ma vie et de mon quotidien sur la toile puisque je ne rate aucune de leurs vidéos depuis des semaines... Avec une personnalité, un univers et des mimiques qui leur sont propres, Connor, Troye et Tyler ont réussi à faire de moi une véritable addict !

dimanche 22 février 2015

Fashion #1: Oser le fluo!



Il y a plus ou moins un an, je décidais, porté par la motivation de mon allié Jessie de Fumeur de Souvenir, de me lancer sur Instragram, des centaines de look plus tard, ce qui ne devait être qu’un « One Shot » est devenu une habitude journalière. Quelque mois plus tard, c’est ce blog qui naissait de mon imagination. Musique, série et autres articles en tout genre, depuis 7 sept mois, je vous propose régulièrement des contenus divers et variés. 

Aujourd’hui, je décide d’innover, en vous proposant, la rubrique « LOOK ». Ici vous trouverez, de temps à autre des photos de mes escapades photographiques et stylistiques en compagnie ma camarade de #FDS.
Quand j’étais plus jeune, je ne portais que du vert, je trouvais cette couleur particulièrement criarde et tape à l’œil, ce qui allait avec ce que je dégageais. Aujourd’hui, j’ai bien heureusement pour moi et pour les yeux de ceux qui m’entourent mis de coté, mon addiction douteuse pour le flashy outrancier. Enfin presque, puisque les premiers beaux jours pointant le bout de leur nez, j’ai réenfilé le temps d’une après-midi, le slim le plus éclatant de mon placard.   


Bijoux: Claire's, Six, Primark // Blazer: H&M // Bonnet: New Look // Bottines: H&M // Gilet: Bonobo // Jeans: New Yorker / /Montre: Ice Watch // T-Shirt: Primark

jeudi 19 février 2015

Yseult: quand la POP française trouve sa Nouvelle Star



Si vous suivez mon blog depuis quelque temps déjà, vous avez sans doute remarqué que mes goûts musicaux n’étaient pas très francophones. Pourtant, j’adore la France, son architecture, sa culture, sa gastronomie, etc. mais dans le paysage musical français peu d’artistes trouvent grâce à mes yeux. Paroles simplistes, arrangements bateau, rimes faciles et j’en passe, j’ai probablement assez de mes 10 doigts pour dresser une liste exhaustive de ceux que j’apprécie. Cependant, il y a quelques jours, le hasard m’a mis sur la route d’une artiste à suivre, j’ai nommé Yseult ! Évidemment, je ne revendique pas détenir le monopole du bon goût, mais les lignes qui vont suivre tenteront de vous faire découvrir l’univers d’une artiste à suivre. 

La première fois que j’ai entendu parler d’Yseult c’était sur la route des vacances l’an dernier. À la radio, le titre « La Vague », à l’époque déjà, quelque chose de différent m’entraîne, hélas une fois le morceau terminé, je ne prendrais pas le temps de m’intéresser plus amplement à l’interprète. Quelques mois plus tard, c’est le titre « Bye Bye Bye » qui passe sur une chaîne musicale étant légèrement allergique à la musique francophone, je zappe sans crier gare. Heureusement pour moi, j’allais avoir grâce à un replay de « On n’est pas couché » une troisième chance de découvrir la pop délicate d’Yseult. 



Sortie tout droit de « Nouvelle Star », l’artiste a sorti en début d’année son premier album éponyme. À mi-chemin entre la pop enjouée de Lily Allen et l’univers sombrement subtil de Jessie Ware, l’album « Yseult » regorge de pépites. À commencer par le premier single « La Vague » ce titre rétro aux allures de tubes n’a pas fait trembler les charts et pourtant, grâce à un refrain entêtant et des gimmicks accrocheuses,  il n’a pas à rougir face à ses concurrents multidiffusés en radio. Même constat pour le second single « Bye Bye Bye » affublé d’un clip « wonderlandesque », le morceau aux sonorités 80 ‘s souffle un véritable vent de fraicheur. 

Si la jeune femme de 20 ans brille sur ses titres pop, elle excelle sur les quelques sons mélancoliques qui complètent son premier opus. Ainsi, on peut par exemple, la retrouver tristement envoutante sur l’excellent « Pour l’impossible » qui sonne comme un digne descendant « francisé » de la playlist de Woodkid

L'album d'Yseult sur Itunes c'est ici


 

Évidemment, ce premier album n’est pas un chef-d’œuvre, mais ce sont peut-être ces quelques imperfections ici et là qui lui augure cette authenticité surprenante.


 Paru le 10 janvier dernier, « Yseult » n’a pas encore malgré son potentiel passé le cap des 10.000 ventes. Une triste nouvelle pour l’artiste, mais également pour l’industrie du disque qui passe certainement à côté d’une de ses plus belles révélations.