lundi 10 août 2015

UnREAL: la série qui met à mal la télé-réalité

Comme beaucoup d’ados de la génération Y, j’ai été nourri dès mon plus jeune âge à la télé-réalité et j’ai même – HONTE SUR MOI – beaucoup blogué sur le sujet. Pourtant depuis quelques années, l’affinement de l’esprit critique aidant, j’ai délaissé ces programmes préfabriqués. Âgé de raison ou simple évolution de mes habitudes de consommation ? Je n’ai jamais réellement pris le temps de me poser la question…  jusqu’à l’arrivée de la série « UnREAL », une satire méticuleuse de la télé poubelle.



Lancée le 1er juin 2015 sur Lifetime, « UnREAL » suit le quotidien de Rachel Goldberg (Shiri Appleby) une jeune productrice de la télé-réalité travaillant sur le programme de dating « Everlasting ». Tout comme dans le Bachelor, les rebondissements de « Everlasting » sont nombreux, mais derrière la caméra les manigances le sont tout autant.

Créée par Marti Nixon (Buffy, Angel) et Sarah Gertrude Shapiro, c’est de cette dernière que « UnREAL » tire sa force principale. En effet, durant 9 saisons, la productrice a travaillé sur le tournage du Bachelor américain avant de claquer la porte, écœurée par les manipulations. Grâce à son expérience, elle réussit à infuser à la série une bonne dose de crédit. Rebondissements en cascade, histoires d’amour montées de toutes pièces, montage manipulateur, la série de Lifetime retranscrit sans mal les vices principaux des émissions dont elle s’est inspirée. Mieux que dans un réel reality-show, il est ici possible, en plus des histoires tourmentées des candidats, de suivre celles des producteurs, caméramans et autres assistants de tournage. Dans « UnREAL », personne n’est épargné, personne n’est totalement bon et personne n’est totalement mauvais. Chaque personnage à ses imperfections et c’est ce qui fait le sel de cette série révélatrice d’un milieu fortement déplorable et déploré.

En dehors de Shiri Appleby (vue dans Roswell) qui joue à la perfection une productrice fragile et instable, « UnREAL » jouit à l’instar de tout bon programme de téléréalité, d’un casting haut en couleurs qui lui permet de renforcer ses intrigues. Au milieu d’une pléiade de candidates tantôt bimbo, lesbienne ou encore bipolaire, le rôle de Quinn King, la productrice en chef sans scrupule vient agir comme la cerise sur le gâteau. Prête à tout pour sauver ses audiences, et produire le show le plus populaire de l’histoire, Quinn offre à Constance Zimmer son interprète, un rôle digne d’un Golden Globes !

Shiri Appleby et Constance Zimmer jouent deux productrices sans scrupule dans UnREAL


Vous l’aurez compris, « UnREAL » met sans vergogne en lumière tous vos soupçons sur le petit monde de la télé-réalité. Drôle, impertinente, mais aussi trash sans être vulgaire, la série qui compte à ce jour une saison de 10 épisodes a d’ores et déjà été renouvelée pour une seconde salve, dont la diffusion est prévue en juillet 2016.


Malgré un succès colossal auprès des critiques, la série n’a cependant pas séduit le public US (moins de 800.000 téléspectateurs en moyenne). Qu'à cela ne tienne, les deux productrices regorgent d’idée pour la suite et le monde de la télé-réalité n’a pas fini de trembler face à l’addictive et dérangeante « UnREAL ». 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire