mercredi 30 mars 2016

Fashion Blog Battle : VOTE FOR ME NOW #2

Il y a quelques semaines, je vous annonçais sur le blog que je participais à la Fashion Blog Battle de la Médiacité - Liège. Le but de ce concours, dénicher les deux futurs fashion bloggeurs du centre commercial liégeois.



Après avoir participé, grâce à vos votes et ceux du jury à la deuxième étape du concours, je suis de retour vers vous pour vous demander une dernière fois votre soutien. Pour ce faire, rien de plus simple, il vous suffit de suivre les étapes ci-dessous.

1) Vous rendre sur le lien suivant : http://a.pgtb.me/0r5QTh

2) une fois sur la page Facebook du concours, il vous suffit de chercher ma photo « Jason » accompagnée du look de mon model et de cliquer sur « VOTE NOW » et le tour et joué !

3) En votant, vous concourrez automatiquement pour remporter une carte shopping d’une valeur de 250€

Pour cette deuxième étape du concours, j’étais accompagné de mon model Robin et de mon assistante du jour Inga. Une fois encore, j’ai dû habiller mon model avec l’offre proposée dans les magasins de la Médiacité. Cependant, contrairement à l’étape précédente, quelques obligations étaient imposées.

La première, le modèle devait absolument porter une veste en jeans. La seconde, un seul achat par boutique était permis.



Pour ce nouveau look, qui devait suivre la tendance printemps-été, mon mannequin été vêtu de :



Blazer : Tom Tailor - €129.99
T- Shirt : JBC - €24.90
Chemise/Blouse : Celio - €29.99


Pantalon : WE Fashion - €49.99
Chaussures : KEN - €69.95


Sac : New Look - €24.99
Ceinture : Paradox Fashion - €27.99


Ci-dessous, quelques clichés qui vous aideront à vous faire une idée plus précise de l'outfit de Robin et qui vous convaincrons je l'espère - de me soutenir. Attention, les votes se clôture, le 31 mars à minuit. 





lundi 28 mars 2016

Une ville, 5 photos : #4 Gand

Après quelques mois d’absence, la rubrique « une ville, 5 photos » est de retour sur le blog. Pour ce 4e épisode, petit arrêt à Gand. Connue pour ses cuberdons, son université ou encore La Gantoise, Gand, Gent ou Ghent – choisissez l’orthographe en fonction de votre région géographique – est avant tout une ville imprégnée par l’art et l’histoire. Pour cause, située au nord-ouest de la Belgique, la ville – que je vous présentais déjà l’été dernier dans un de mes articles – a, au fil des siècles et des batailles, mais aussi par le biais d'artistes de renoms (les frères Van Eyck, Pierre Van Huffel, ...) évolué pour devenir l’une des métropoles l’une plus visitées du plat pays. 

Il faut dire que grâce à son centre historique regorgeant de monuments impressionnants, (beffroi, château médiéval, béguinages, …) Gand réussit sans difficulté à ravir les excursionnistes en quête de découverte.

De plus, en véritable cité alternative, Gand est également appréciée pour ses musées, ses nombreux salons de tatouages, ses chocolatiers, ses graffitis, son architecture médiévale et contemporaine, ou encore son offre culturelle importante (danse, opéra, festivals, …). En bref, qu’importe vos penchants, vous trouverez toujours quelque chose à faire à Gand.


Pour l’heure et en espérant vous séduire et vous inviter au voyage, je vous laisse découvrir 5 photos issues de mon excursion gantoise. 

Gare de Gand Saint-Pierre - 2016 

Les cuberdons gantois - 2016

L'art pour donner des couleurs à la salle des pas-perdus - Gand - 2016

La Flandre et ses deux roues - 2016 

La "Graffitstraatje" de Gand rend hommage aux victimes des attentats de Bruxelles - 2016 

samedi 26 mars 2016

Fashion #41 : le Man Bun

Au programme du jour sur le blog, place au 41e #fashion-post et pour ce nouveau numéro on fait un petit zoom sur le man bun. Devenu l’une des tendances masculines les plus en vogue du moment, le man bun où chignon masculin est aujourd’hui l’un des « accessoires » favoris de nombreux hommes aux cheveux longs. Cependant, la technique du man bun n’est pas si simple. En effet, pour bien le porter, une certaine longueur est vivement recommandée. Le but est de ramener vos cheveux à l’arrière du crâne en formant une mèche torsadée. Attention, le volume de votre chignon ne doit être ni trop gros, ni trop fin.

Ultra-controversée, la technique rendrait chauve. En effet, selon certaines études, le fait de tirer les cheveux en arrière favoriserait la perte de cheveux chez l’homme. Par conséquent, comme toute bonne chose, le man bun est une habitude capillaire à ne pas adopter de manière trop régulière. Eviter donc au maximum les buns trop serrés et laissez de temps à autre respirer vos cheveux.

Considérée comme LA coupe du « connard » - Merci Zlatan ! Ou encore comme le sacro-saint élément distinctif de tout hipster qui se respecte, le man bun n’est, ni plus ni moins, – n’en déplaise à ses détracteurs - qu’une coupe de cheveux qui vous permettra de vivre votre journée sans vous préoccuper de votre toison et ce n’est déjà pas si mal ! 










What I Wore: 

Accessories: Primark // Headphone: Sony // Leather Jacket: H&M // Jeans: H&M // Scarf: H&M // Shoes: Vans // T-Shirt : H&M 

jeudi 24 mars 2016

DoNuts : le palais du donut Liégeois

Il y a quelques semaines, The Melting POP vous présentait 5 Drink & Food liégeois incontournables !  Aujourd’hui, dans la même optique, découvrez sur le blog, un petit paradis sur terre, l’antre du donuts liégeois : DoNuts.



Gourmands, gourmandes ? Vous jalousez secrètement Homer Simpson et son « Lard Lad Donuts » ? vous rêvez jours et nuits de l’arrivée d’un « Dunkin Donut » en Belgique ? Cessez désormais toute activité, lisez ce post et laissez-vous guider par la gourmandise. 

Dorénavant, plus aucune raison de jalouser l’un des personnages les plus emblématiques de la pop-culture et plus aucune raison de rêver. En effet, depuis septembre 2014, le centre-ville de Liège cache aux confins d’une de ses rues, un véritable petit coin de paradis. Et pour cause, ici, au 28 Rue de l’Université, les nuages édéniques et les cieux bleus idylliques ont été remplacés par vaste panel de délicieux et majestueux desserts toriques. Ainsi, dans un décor moderne et cosy, qui favorise selon le site officiel : « les matériaux industriels remis au goût du jour » l’enseigne DoNuts propose à sa clientèle un large éventail de ces petits plaisirs en version sucrées,… ou salées !


Eh oui, chez DoNuts, l’originalité et la création sont de mises. De fait, outre les saveurs incontournables et traditionnelles (chocolat, noix de pécan, banane), la petite entreprise qui ne manque pas de fantaisie propose également, des versions beaucoup plus atypiques de ce petit beignet dont raffolent les Américains. Avec plus de 40 « parfums » à la carte allant du Nutella fourré, au caramel beurre salé en passant par la groseille ou encore - Liège oblige - le lacquemant, impossible et hors de question de résister !  De plus, ce petit éden ancré dans l’air du temps propose selon ses humeurs, les saisons et les occasions des promotions (happy hour, …) et des variétés exceptionnelles : Spécial Noel, spécial St-Valentin ou encore spécial célibataire – Bref, la liste des qualités de ce hot spot liégeois n’est plus à certifier.


Pour terminer et si vous n’êtes pas encore séduit, notez qu’au-delà d’une extraordinaire et alléchante « kyrielle » de donuts, il vous est également possible de déguster de délicieux cafés, chocolats chauds et autres bagels ! En quatre mots : The Place To Be ! 



DoNuts: Rue de l'Université 28, à 4000 Liège

lundi 21 mars 2016

Fashion #40 : First Spring Vibes

Aujourd’hui sur le blog, place au 40e fashion post. Et oui déjà ! Pour ce nouvel article, on mise sur le printemps et on remet les vestes au placard. Les journées commencent à rallonger, le soleil commence – tout doucement – à revenir et les températures ne devraient pas trop tarder à remonter. Face à cela, je vous présente aujourd’hui, un look parfait pour la saison. Au menu, un pull déniché l’an dernier chez Primark mais aussi un vieux slim customisé pour l’occasion. À tout cela, j’ajoute mes sneakers rouges que je ne lâche pas d’une semelle, depuis que je vous les ai présentées dans mon dernier article ! Le froid étant cependant tenace, j’en ai profité pour garder mon bonnet et une écharpe, comme vous le savez, le mois d’avril approche et ce n’est pas le moment de se découvrir d’un fil 











What I Wore:

Accessories: Primark,// Beanie: Jules // Jeans: H&M // Jumper: Primark // Scarf: H&M // Shoes: Celio //  T-Shirt // Bershka

vendredi 18 mars 2016

#Critique : Gwen Stefani manque de dynamisme sur «This Is What The Truth Feels Like»

Ça y est, après plus de dix ans d’attente, les fans de Gwen Stefani peuvent enfin se délecter du troisième opus de la chanteuse. Intitulé « This Is What The Truth Feels Like » ce nouvel album fait suite à « The Sweet Escape » paru en 2006. Considérée comme l’une des reines de la POP grâce à des titres devenus des emblèmes de la culture populaire (Holloback Girl, Rich Girl, …) l’artiste de 46 ans fait son retour dans une industrie qui a bien changé depuis son départ. Chronique d’un opus honnête, mais paresseux.



Revenue fin 2014 avec les titres « Baby Don’t Lie » et « Spark Fire » annonciateurs d’un nouvel album, Gwen Stefani a très vite changé son fusil d’épaule suite au tiède accueil réservé à ses morceaux. De fait, sur son nouveau projet paru le 18 mars, pas de traces des deux titres précédemment cités. L’artiste qui s’était dans un premier temps entourée de son acolyte Pharell Williams – qui sortait à peine du buzz « Happy » - a préféré jeter ses démos et refonder une nouvelle équipe pour repartir sur un nouveau projet annoncé par le single « Used To Love You ». Avec ce titre poignant, l’artiste à peine remise de sa rupture avec son ex-mari Gavin Rossdall, annonçait un album vrai et personnel.

Ainsi, à l’écoute du projet composé de 12 pistes dans sa version basique, force est de constater que l’émotion est l’arme principale de la chanteuse. Il faut dire qu’outre ses productions emblématiques (citées dans l’introduction) l’artiste s’est également faite remarquée par le passé, pour sa plume écorchée et émouvante et ce, aussi bien dans sa carrière solo (Cool, 4 In The Morning, …) qu’avec son groupe No Doubt (Don’t Speak, …). Sur « This Is What The Truth Feels Like » Gwen Stefani propose donc une poignée de ballades sincères et efficaces (Used To Love You, Rare, Me With You, ...). Cependant, à trop vouloir être personnelle, l’interprète de « What You Waiting For » semble avoir oublié l’ingrédient principal tout album pop qui se respecte : des tubes.

En conséquence, outre ses ballades certes réussies et fortement inspirées de sa récente séparation, ce troisième opus patauge dans une certaine forme quiétude ennuyante. De ce fait, de « Misery » qui semble tout droit extrait d’un album de Charli XCX à « Make Me Like You », le redondant second single en passant par l’hypnotique « Red Flag » l’album se laisse écouter sans jamais vraiment décoller. En d’autres termes, rien n’est réellement mauvais sur « This Is What The Truth Feels Like » mais rien n’est véritablement transcendant non plus. Avec ce nouvel album, Gwen Stefani réitère l’erreur commise en 2012 avec son groupe No Doubt sur « Push And Shove » qui malgré une qualité certaine manquait cruellement de peps et de mordant.

A l’heure où l’industrie musicale se veut de plus en plus féroce et exigeante, Gwen Stefani loupe le coche en revenant avec un 3e album solo fragile et mollasson. Certes à 46 ans, l’artiste évite avec brio le piège de « l’éternelle jeunesse » dont Madonna a usé et abusé sur ses dernières productions, mais rien n’excuse l’absence de punch et vivacité qui émane de ce projet attendu depuis de nombreuses années.


Erreur de tracklist ou véritable absence de prise de risque ? Gwen Stefani livre quoi qu’il en soit l’album le plus paresseux de sa carrière. Dommage ! 


mercredi 16 mars 2016

(BOYS) BAND | Mars 2016

Après de longs mois d'absence — bien que je sois passée sur The Melting Pop pour vous parler de pop/punk, de séries et de Ella Eyre —, je suis de retour avec une nouvelle édition de ma chronique (boys) band. Dans la parution de ce mois de ce mars '16, je ne m'attarde pas véritablement sur l'actualité musicale, mais plutôt sur les boys et les bands issus de l'univers pop qui ne nous déçoivent jamais... 

Oubliez les comebacks décevants, les singles aux couplets et/ou refrains à peine acceptables, les changements d'univers trop radicaux pour être réussis ou (tout simplement) les mauvais titres... Aujourd'hui on efface le tableau, on oublie les mauvaises surprises et on s'intéresse uniquement aux valeurs sures !


La chronique de Fumeur de souvenir

mardi 15 mars 2016

Fashion Blog Battle / Médiacité : VOTE FOR ME NOW !

Il y a quelques semaines, je prenais la décision de m’inscrire à un grand casting pour devenir l’un des blogueurs officiels de la Médiacité de Liège, où je vis depuis plusieurs mois. Quelques jours après mon inscription, j’apprenais que j’étais retenu parmi les 22 finalistes du concours. J’accédais donc à la première étape des castings qui consistait à parcours les magasins de la Médiacité afin d’habiller un mannequin de A à Z, des pieds à la tête, des chaussures aux accessoires.



Accompagné de mon mannequin Marcel et de mon assistante Laura, et suivi par une horde de photographes et de cameramans, j’ai donc couru – durant près de deux heures - de chez Celio à Jules en passant par McGregor et Afflelou pour créer le OUTFIT de mon modèle à la manière d’un participant des « Reines (Roi) du Shopping ».

Aujourd’hui, alors que le concours bat son plein sur Facebook, je me tourne vers vous chers lecteurs afin de vous demander un petit service : voter pour moi et ainsi m’aider à atteindre la prochaine étape qui aura lieu le 26 mars prochain. Pour me soutenir, rien de plus simple, il vous suffit de suivre les étapes détaillées ci-dessous.

1 ) Rendez-vous sur la page officielle de la Médiacité en cliquant sur ce lien


2) Cliquez sur ma photo « Jason », acceptez les conditions, validez et tentez, en me soutenant de remporter une carte-cadeau de 250 €.

En me soutenant, vous m’offrirez peut-être la chance de continuer l’aventure. De plus, votre vote ne vous coûtera absolument rien et tout ce que vous avez à perdre, c'est quelques secondes qui pourraient vous rapporter 250 € de shopping !

En fouillant la liste des blogueurs encore en course, vous remarquerez peut-être également que mon acolyte absolue Jessie de #FDS fait également partie de la compétition ! Si vous décidez de voter pour elle, c’est comme si vous votiez pour moi, je vous invite donc également à la soutenir si l’envie vous prend. Attention, vous n’avez droit qu’à un seul vote, mais la solidarité, ça n’a jamais fait de mal.

(OUVERTURE DES VOTES JUSQU'AU 18 MARS) 

En attendant de savoir, si Jessie votre chroniqueuse (BOYS) Band et moi-même sommes sélectionnés pour la prochaine étape, je vous remercie d’avance et vous promets de nouveaux articles très bientôt !

Jay,


dimanche 13 mars 2016

Du Blonde : décadente, déjantée et rock’n’roll

Après quelques semaines d’absence, la rubrique "découverte" est de retour sur le blog. Pour ce nouveau numéro, zoom sur Du Blonde une artiste que j’écoute depuis de nombreux mois, mais que je n’avais pas encore eu le temps de vous présenter.



Atypique et mouvementé tels sont les deux adjectifs qui correspondent le mieux au début de carrière de Beth Jeans Houghton alias Du Blonde. Pour cause, alors qu’elle n’a que 16 ans, cette jeune anglaise originaire de New Castle décide d’arrêter les cours pour se lancer dans la musique. Armée d’une guitare électrique, d’une bonne dose d’audace et d’un talent certain, l’adolescente commence très vite à écumer les scènes, ce qui lui permettra de se faire remarquer par un label indépendant et de sortir en 2008 et 2009, deux EP pop-folk acclamés par la presse anglaise. Un peu moins de deux ans plus tard, l’artiste se lance dans une nouvelle aventure, un groupe. Ainsi, entourée de cinq musiciens rencontrés sur la scène indépendante de New Castle, elle donne naissance à la formation « Beth Jeans Houghton and the Hooves of Destiny ». Parrainée par Ben Hillier - à qui l’on doit les plus grands succès de Depeche Mode ou encore Blür – la petite bande s’enferme en studio pendant près de deux ans.

Ce n’est donc qu’en février 2012, que Beth Jeans Houghton fait son retour sur le devant de la scène avec son premier opus « Yours Truly, Cellophane Nose ». Plus élaboré et plus mature que les précédentes productions de la demoiselle, l’album qui jongle entre folk et rock 60’s se paiera alors le luxe d’être encensé par la presse spécialisée. Il faut dire qu’il est difficile de résister à la voix aérienne de Beth et à ses mélodies fantaisistes incroyablement maitrisées. Il suffit d’écouter les titres « Atlas » ou encore « The Barely Skinny Bone Tree » pour se rendre compte de la finesse et de la singularité de ce projet paru sur le label indie Mute.



Riche de nombreuses critiques positives et d’une tournée réussie à travers l’Europe durant l’été 2012, l’avenir de Beth et sa bande semblait tout tracé. Hélas, dès le début de l’enregistrement du second album, à la fin de la même année, le bateau coule. La raison de ce naufrage ? Une dépression nerveuse dû à la pression des producteurs sur le travail de la chanteuse. Exaspérée par les exigences de son équipe qui étouffent sa créativité artistique et désireuse de proposer un travail honnête, Beth Jeans Houghton abandonne l’enregistrement du second album et se retire de la scène médiatique.

Durant cette pause qui durera plus de deux ans, l’artiste prend le temps de faire le point afin de remettre de l’ordre dans sa vie. Méditation, psychiatrie, Beth décide de revoir ses priorités pour préserver son corps et sa santé. Dans une interview parue en mai 2015 sur The Guardian, elle déclare : « Je me suis senti partir, je ne sais pas comment j’ai fait pour m’en sortir ».

La renaissance ... 

Une fois remise de son blackout, l’Anglaise fidèle à elle-même se remet à écrire et à composer. Libérée, selon ses dires, musicalement et spirituellement, l’artiste décide de changer de nom pour devenir « Du Blonde ». A ce sujet elle déclarait en février 2015 « Du Blonde est une nouvelle incarnation, une nouvelle étape … Je suis désormais prête à assumer mon moi ultime ».  Ce « moi ultime » que cite l’artiste semble d’ailleurs déployer ses ailes sur son 2e album « Welcome Back to Milk » paru en mai dernier.

Plus rock’n’roll, voir punk, ce deuxième opus reprend les codes du premier une voix singulière et des mélodies accrocheuses. Cependant, le projet se veut plus féroce et plus sombre que son prédécesseur. En effet, la plume de l’artiste semble ici s’être directement inspirée de son propre vécu. Dans les textes on présume tantôt sa relation avec Anthony Kiedis (le leader des Red Hot Chilli Pepper) qui lui a valu de faire la Une de la presse people américaine en 2011, tantôt ses déboires artistiques.

Plus mature encore que sur « Yours Truly, Cellophane Nose » Du Blonde jongle sur son deuxième album entre rock décadent et ballades déchirantes, une véritable réussite à découvrir sans plus tarder ! 


samedi 12 mars 2016

3 raisons de se réjouir du retour de Gilmore Girls

En octobre dernier, le Net et la planète entière se réjouissaient à l’annonce du retour pour une 8e saison de la série Gilmore Girls. Aujourd’hui, alors que le tournage a débuté depuis quelques semaines et que les premières infos filtrent goutte à goutte sur le Web, The Melting POP vous propose trois raisons de vous réjouir du retour de cette série qui a marqué toute une génération.




1. Le retour d’une série culte

Lancée en l’an 2000 Gilmore Girls est une série américaine suivant le quotidien d’une mère célibataire, Lorelai Gilmore et de sa fille Rory (diminutif de Lorelai). Avec pour fils conducteurs l’amour, l’adolescence, la sexualité ou encore la famille, cette série créée par Amy Sherman-Palladino a ravi les téléspectateurs durant sept saisons. Du premier amour de Rory en passant par les déboires sentimentaux de sa mère ou encore les problèmes quotidiens des habitants de Stars Hollow, ville où se déroule l’action de la série, les épisodes de Gilmore Girls se savouraient à l’époque comme de véritables petits plaisirs. De plus, malgré un total de 153 épisodes, le show a toujours pris soin d’éviter les redondances en fonctionnant sur une trame simple et efficace : l’évolution !
En effet, si dans les premières saisons Rory faire ses débuts dans un prestigieux lycée, son personnage intelligent et ambitieux, évolue pas à pas, pour devenir au fil des saisons et des épisodes, l’éditrice du journal des étudiants de Yale, université dans laquelle elle commencera à étudier le journalisme au cours de la 4e saison. Même constat pour Lorelai qui après moult rebondissements finira par ouvrir et gérer sa propre auberge.

Face à ces évolutions toujours menées d’une main de maître, il y a fort à parier que la huitième saison qui se déroulera dix ans plus tard suivra le même chemin.

2. Les anciens de la partie

Durant sept ans, l’autre force de Gilmore Girls a été son casting fort et stable. En effet, contrairement à de nombreux shows télévisés américains, la série d’Amy Sherman-Palladino a conservé au fil des intrigues ses têtes d’affiche principales. Pour le retour de son bébé, la créatrice ne semble pas avoir dérogé à la règle puisqu’une grande majorité de ses personnages principaux seront de retour à l’écran. Outre Lorelai (Lauren Graham) et Rory (Alexis Bledel) sans qui la série ne pourrait exister, on sait d’ores et déjà qu’une douzaine d’acteurs ont accepté de reprendre leur rôle. Parmi ceux-ci les fans pourront compter sur les retours de Luke (Scott Patterson), Lane (Keiko Agena), Emily Gilmore (Kelly Bishop), Jess Mariano (Milo Ventimiglia), Dean Forester (Jared Padalecki) ou encore Paris Geller (Liza Weil - vue récemment dans le hit « How To Get Away With Murder »).

Notons cependant deux absences, celle de Edward Hermann (Richard Gilmore) décédé en décembre 2014, mais également celle de Mélissa McCarthy qui jouait la cuisinière Sookie St. James. Interrogée au sujet d’un éventuel retour, la comédienne à la tête de nombreux succès cinématographiques (Bridesmaids, Spy, The Heat,…) a déclaré ne pas avoir été contactée. Face à ces déclarations qui ont soulevé la toile, la créatrice de Gilmore Girls a entre ouvert une porte en déclarant qu’elle était prête à écrire quelques scènes à l’actrice si celle-ci réussissait à agencer son agenda. Croisons les doigts !

3. Un retour signé Netflix

« Orange isthe New Black », « Sense 8 », « Jessica Jones », « Grace & Frankie », ces séries ont un point commun : NETFLIX. En effet, il est impossible de le nier, depuis quelques années, la plateforme de streaming américaine a réussi à imposer une nouvelle manière de consommer la télé en proposant outre ses partenariats et rediffusions, des séries, des films et des documentaires de qualités originaux. Très souvent saluées par la critique, les productions Netflix jouissent toutes d’une qualité non négligeable. Il y a donc fort à parier que le retour de Gilmore Girls pour une série de 4 épisodes (1 épisode = 1 saison) qui suivront la continuité de la série originale avec les personnages de l’époque empruntera le même chemin.

Pour l’heure, aucune date de lancement n’a été annoncée. Cependant, le tournage ayant démarré en février dernier, il y a fort à parier que le quotidien des habitants de Stars Hollow viendra rependre une vague de nostalgie sur vos écrans d’ici la fin de l’année 2016. Restez connecté !


jeudi 10 mars 2016

#Fashion #39 : Red Sneakers

Vous n’avez sans doute pas manqué de le remarquer depuis quelques mois, les chaussures et les baskets rouges ont envahi nos rues. Face à cette véritable pandémie écarlate, j’avais dans un premier temps décidé de faire front contre la montée en puissance des souliers rouges. Cependant, le printemps arrivant à grands pas, ma penderie à chaussures commençait cruellement à manquer de nouveautés. En effet, après avoir passé l’hiver dans mes bonnes vielles bottines de cuir faute d’avoir eu le coup de cœur pour une nouvelle paire de boots, je me devais de combler au plus vite ma pénurie de godasses – vous l’avez perçu, je commence sérieusement à manquer de synonymes – soit, afin de m’acquitter de ce problème de taille, j’ai pris la décision de me gratifier d’une nouvelle paire de sneakers. Cependant, force est de constater que pour cette nouvelle aventure, j’ai choisi de passer du côté du camp ennemi en craquant littéralement pour les nouvelles Sneakers Rouges de chez CELIO. Confortables et facilement compatibles avec mes slims noirs et bleus, ces petites baskets – que je ne porterais probablement pas plus d’un mois, bonjour le caprice !  – sont aujourd’hui à la Une de mon 38e fashion post que je vous propose de découvrir ci-dessous ! 









What I Wore:

Accessories: Primark, Claires, Six // Leather Jacket: H&M // Headphones: Sony //Jeans: Bershka // Shirt: H&M //  Sneakers: Celio //T-Shirt: Bershka 

mardi 8 mars 2016

#Drink&Food : 5 adresses liégeoises incontournables

Comme vous le savez probablement déjà, depuis le mois de septembre dernier The Melting POP a posé ses valises à Liège. Bien installé et parfaitement intégré, j’en profite aujourd’hui pour partager avec vous mes 5 drink & food liégeois préférés. Entre sucreries, cafés et petites adresses incontournables, sortez vos blocs-notes et préparez-vous à passer à table ! 



"Messieurs"

Envie de manger sain, mais irrésistible envie de manger sur le pouce ? Ça tombe bien, depuis quelques mois, un restaurant d’un nouveau genre a ouvert ses portes à Liège. Spécialisé dans le croque-monsieur, l’établissement « Messieurs » propose à sa clientèle de déguster pour moins de 10€ de délicieuses tartines grillées garnies. Véritable OVNI culinaire « Messieurs » présente une carte variée qui ravira tous les palais. Du traditionnel jambon-gruyère en passant par le chèvre-miel ou encore le saumon fumé, impossible de ne pas saliver et hors de question de ne pas se faire plaisir. Fort d’une équipe accueillante et chaleureuse et grâce à une décoration épurée et apaisante, ce FAST-CASUAL comme il se décrit sur son site officiel, réussit l’exploit de mêler rapidité et diététique tout en comblant de bonheur vos papilles. Arrêtez donc les hamburgers et devenez adepte du Croque-Monsieur. 

◘ Messieurs - Boulevard d'Avroy 16, Liège ◘ 



"K-Fée"

Désireux de briser votre routine matinale ? Envie de vous évader le temps d’un petit-déjeuner ou d’un brunch ? Une seule adresse "K-fée", à la carte de cette petite cantine remplie de saveurs du café, du thé, de délicieux cookies, des soupes faites maison, mais également un tas de petites recettes (tartines, œufs, pancakes, pain de viandes) variant de jour en jour, selon le bon vouloir de la très agréable gérante. Très en vogue cette petite cantine cosy, accueille également des expositions et des ateliers lectures. De plus, depuis quelque temps, il est possible de venir déguster, chaque vendredi des hamburgers maison, dont seule la Fée de ce petit paradis culinaire a le secret ! A découvrir sans plus attendre !  

◘ K-Fée - Rue de la Goffe 6, Liège ◘



"Ty Breizh"

Qui dit Liège dit « Gaufre de Liège » cependant, un peu de dépaysement n’a jamais fait de mal et si les traditions ne sont pas à blâmer – qui n’a jamais craqué pour une gaufre au chocolat chaude et savoureuse ? -  Il est parfois plaisant de se plonger dans une autre culture. Pour cela, pas besoin d’aller bien loin en effet, il est possible de vous offrir un voyage en Bretagne à deux pas de chez vous. Dans un décor qui flaire beau la côte maritime et grâce à des recettes traditionnelles envoûtantes « Ty Breizh » est probablement LA crêperie bretonne la plus mythique du centre liégeois. Que votre envie soit sucrée ou salée, le couple de tenanciers vous accueille avec une seule idée en tête, vous servir comme un roi afin de vous offrir un aller simple pour le pays du Kir et de la Galette. 

◘ Ty Breizh - Rue Pont d'Avroy 28, Liège ◘



"100 Montaditos"

Si « Ty Breizh » vous proposait un voyage en Bretagne, « 100 Montaditos » vous propose de mettre le cap sur l’Espagne. Dans ce bar/restaurant branché et hispanisant, tapas, salades et saveurs du sud sont à porter de tous. En effet, grâce à ses prix abordables, le tout un chacun peut y trouver son compte. De la grande famille venue explorer le centre-ville à la petite bande d’étudiants venue pour casser la croûte entre deux cours, les formules combos de ce fast-food Made In Spain ravira le plus grand nombre. Fini les soirées nachos et tortillas devant la télé, sortez prendre l’air et laissez-vous envoûter par la chaleur et les saveurs de l’Espagne. 

◘ 100 Montaditos - Rue Pont d'Avroy 32, Liège ◘



"Get Your Mug"

Fatiguée du bruit et de la foule qui se bouscule chez Starbucks mais impossible pour vous de ne pas démarrer/combler/finir vos journées avec un mug de café ? Rassurez-vous, il est possible pour vous de satisfaire aisément et à moindres coups votre dépendance à la caféine. Pour cause, dans un décor digne d’une série ou d’un film américain et grâce à une carte digne d’éblouir en un instant n’importe quel coffee-addict « Get Your Mug » vous propose un endroit calme et moderne pour déguster votre café préféré. Grâce aux indétrônables (le déca, le cappuccino, le latte, …) mais aussi grâce à ses recettes originales et surprenantes (L’OreoLovers, le café au caramel au beurre salé, …), « Get Your Mug » dispose de tous les atouts (cafés, cookies, bagels,…) pour devenir votre de nouveau point de chute favori ! 

◘ Get Your Mug - Rue des Carmes 17, Liège ◘


lundi 7 mars 2016

#Fashion 38 : le cartable en cuir

Véritable baroudeur dans l’âme j’ai toujours besoin d’un sac pour m’accompagner dans mes différentes activités quotidiennes (sport, cours, aventures, …). De fait, entre mes sacs de voyages, mes sacs à dos et autres, je ne me déplace jamais sans un « bagage » pour ranger ce dont j’ai besoin pour la journée.

Pour me rendre à l’université par exemple, j’ai récemment décidé d’investir dans un cartable en cuir à bandoulière.  Tout droit sorti de la dernière collection homme de NewLook, ce sac est parfait pour y faufiler un ordinateur portable, un bloc de feuille et quelques livres, bref le stuff habituel d’un étudiant. Pour ce nouveau look, le 38e j’ai donc décidé de mettre en avant cette nouvelle mallette qui me suit partout. Toujours accro à ma veste en cuir H&M que je vous présentais dans mon article précédent, je l’ai ressortie pour mon dernier shooting, la suite en photo. 









What I Wore: 
Accessories: Primark, Six, Claire's // Bag: NewLook // Jeans: H&M // Jumper: Bonobo // Leather Jacket: H&M // Shoes: Vans // T-Shirt: NewYorker //