jeudi 2 juin 2016

#ITW : Mark Daumail – Cocoon / Album « Welcome Home »

Le 26 août prochain, la formation française Cocoon sortira son 3e album « Welcome Home ».  À cette occasion, The Melting POP a interrogé Mark Daumail, l’auteur-compositeur-interprète qui a donné vie au projet en 2005. Entre carrière solo, retour inattendu et maturité, rencontre avec un artiste solaire, sincère qui risque bien de vous séduire avec un album lumineux et intime.



Salut Mark, Il y a deux ans, tu sortais un album solo intitulé « Speed Of Light », cependant, le 26 août prochain, c’est seul, mais sous le pseudonyme Cocoon que tu sortiras « Welcome Home » peux-tu nous éclairer sur ce nouveau projet ?

En 2012, lorsque j’ai commencé à travailler sur mes projets solos, je pensais réellement que Cocoon entrait dans une pause définitive. Cependant, il y a 20 mois, ma compagne a donné naissance à notre premier enfant, hélas à la naissance les médecins ont détecté une maladie cardiaque. Le choc a été difficile pour mon épouse et moi-même et très vite notre quotidien a été marqué par des allers et retours à l’hôpital. Un jour, j’ai eu envie d’amener ma guitare, je voulais apporter un peu de douceur et de musique à cette spirale infernale. Inconsciemment, j’ai commencé à écrire, à chanter pour mon fils. Une fois la guérison annoncée, j’ai fait écouter les pistes à mon entourage et tous étaient unanimes et s’accordaient à dire que l’atmosphère de ces nouvelles pistes sonnait très Cocoon, j’ai donc décidé de reprendre le projet.

Cocoon revient sans Morgane Imbeaud, qui assurait les voix féminines sur les deux précédents opus, qu’est-ce qui t’a poussé à faire ce choix ?

Avec Morgane, on avait l’impression d’être arrivé au bout de notre projet, on aimait notre naïveté, mais on avait l’impression d’avoir fait le tour. Quand je lui ai proposé le projet « Welcome Home », mais qu’elle a préféré donner suites à ses projets solos, ça a été difficile, puis en y réfléchissant, j’ai vécu ça comme un signe. Mes textes étaient plus personnels, c’était peut-être le bon moment pour un nouveau départ.

"J’espère que le public ressentira la progression artistique"


En parlant de textes plus personnels, on sent plus de sensibilité et de chaleur sur cet opus, est-ce que c’est parce qu’il est inspiré directement de l’expérience vécue avec ton fils ?

Absolument. La moitié des textes ont été écrits lorsque mon fils était encore à l’hôpital. Avec ma femme, nous étions tristes, mais j’avais envie d’aller à contre-courant et d’écrire sur le bonheur. Je voulais amener de la vie et de la douceur. Cet album, il parle de paternité, d’enfance, de famille, c’est l’album d’un jeune père, peut-être pas encore celui de la maturité, mais il s’en rapproche même si je n’aime pas l’expression. 

Le titre de l’album, c’est un clin d’œil au retour de ton fils et à sa guérison ?

Oui, c’est bien ça, j’ai voulu fêter son arrivée un peu tardive parmi nous. De plus, pour les artworks de l’album, j’ai voulu jouer avec le mot « maison ». Chacun des textes est associés à un lieu, un foyer, un bâtiment, le visuel c’est important. Ici, on a travaillé avec Esther Pearl Waston, une artiste américaine bourrée de talent. Avec ses peintures, elle a réussi à percer le message de mes chansons. 

Quel est ton titre favori sur ce nouvel album ?

Sans hésitation, « Retreat » la piste d’ouverture. Avec cette chanson, j’ai eu l’impression de franchir un cap, d’évoluer. Quand j’ai fini ce titre, pour la première fois depuis longtemps je me suis senti fier de mon travail. « Retreat » a vraiment été le point de départ de cet album et j’espère qu’il pourra faire ressentir au public la progression artistique que j’ai ressentie en la créant.



Tu as beaucoup voyagé pour concocter cet album, tu peux nous en dire plus ?

En fait, j’ai beaucoup travaillé seul sur cet album, mais les dernières chansons ont été plus difficiles à créer. Du coup, je me suis entouré de trois personnes, dont Matthew E.White un producteur américain hallucinant avec un niveau musical époustouflant. Pour les recordings vocaux, j’ai passé 12 jours à Berlin avec un producteur qui m’a aidé à travailler sur la précision de ma voix. Il a changé la perception que j’avais de la musique et des enregistrements.

Outre la sortie de l’album, est-ce que tu prépares d’autres projets ?

Oui, il y a la tournée** qui démarre en octobre. Je serais sur scène avec Paul et Guillaume deux amis bordelais qui géreront les basses et les batteries. Au niveau des voix féminines, il y aura Leslie et Dorothée. À vrai dire, avec ce groupe, j’ai vraiment voulu recréer l’esprit d’une petite chorale. J’espère que Morgane viendra nous faire un petit clin d’œil sur quelques dates et pour nos amis belges, Cocoon sera présent au Summer Festival à Bruxelles le 14 août prochain, ça sera l’occasion de faire nos preuves ensemble pour la première fois.

Tu as lancé sur Facebook, la Cocoon ClassRoom dans laquelle tu expliques à tes fans comment jouer tes morceaux, c’est important pour toi de te sentir proche de ta communauté ?
Oui, ça a toujours été très important pour moi d’être proche des gens qui me soutiennent. C’est fascinant, mais en faisant un tour sur le web, j’ai remarqué le nombre conséquent de personnes qui reprenaient les titres de Cocoon. Ça m’a donné envie de faire pareil. De fait, j’ai décidé de prendre ma guitare et de donner des cours pour apprendre à jouer mes chansons. Dans ces vidéos, je suis un professeur un peu nul, ce n’est pas parfait, mais les retours sont positifs et je compte bien continuer.




Sortie de l’album « Welcome Home » de Cocoon le 26 août 2016 – Chez Barclay
**Retrouvez toutes les dates de la tournée sur la page Facebook de Cocoon


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire