samedi 23 juillet 2016

#Music: 3 artistes français à suivre de près !

Aujourd’hui, The Melting POP part en mode découverte. Comme on est généreux, on a cette fois-ci décidé de vous présenter non pas un, non pas deux, mais bien trois artistes de talents. Tout droit venus de l’hexagone, ces trois artistes ne demandent qu’à prendre d’assaut vos MP3 et autres playlists, présentations !



Blondino : l’énigmatique

En 2014, Tiphaine Lozupone faisait ses premiers pas avec le captivant « Olso ». Sur une mélodie pure et délicate, l’artiste nous proposait de découvrir sa voix cristalline. Cachée sous le pseudonyme Blondino, un clin d’œil au roman « Le Grand Blondino » de l’auteur Suédois Sture Dalströme, la jeune artiste séduisait les critiques qui ne prenaient pas de gants pour la comparer à Alain Bashung ou encore Barbara.  La même année, elle auto-produisait également son premier EP. Frais et mystérieux, le projet riche de trois pistes explorait, d’une piste à l’autre la POP, la folk et l’acoustique. Discrète et réservée, l’artiste est ensuite retournée en studio, pour produire librement un nouvel EP. Conçu avec l’appui du guitariste Jean-Christophe Ortega, ce projet sobrement intitulé « Blondino » débarquait dans les bacs le 15 janvier dernier. Sur ce nouveau projet, l’artiste retrouve la délicatesse qui la caractérise, mais elle s’autorise également plus de nonchalance et de résistance. Audacieuse, elle dévoile subtilement ses émotions sur des pistes mélancoliques et impétueuses. Du surprenant « Silvia » en passant par l’ensorcelant « L’amour n’est-il », Blondino séduit, captive et réussit son pari, délivrer un premier EP, honnête et qui fait du bien !



Benoit Dorémus : Le fougueux

Avec déjà cinq albums à son actif, Benoit Dorémus est loin d’être un débutant. Âgé de 36 ans, cet auteur-compositeur-interprète, a démarré sa carrière au début des années 2000 dans des petits bars parisiens avant de se faire remarquer par le chanteur Renaud grâce à un premier album auto-produit. Par la suite de rencontre en rencontre, de joie en déception, d’album en album, l’artiste se forge un univers et une carrière loin des méandres du star-system. Sur sa route, il rencontre les plus grands (Renaud, Francis Cabrel) mais également Renan Luce, l’interprète de « La Lettre », qui l’invitera sur de nombreux projets. Début 2016, après six années sans projet solo, l’artiste est revenu avec l’album « En Tachycardie ». Vif et efficace, ce nouvel album se veut aussi piquant que contestataire. Au fil des pistes on surprend l’artiste à jouer sur les mots, à bousculer l’auditeur, entre slam et chanson française, l’artiste jongle avec les émotions sur des textes qui parlent du quotidien, de l’addiction et de l’amour. Idéal pour les amoureux de la langue de Molière !



Louise Eliott : l’harmonieuse


À seulement 22 ans et avec deux singles à son actif, Louise Eliott peut se vanter d’avoir réussi à faire l’unanimité. Grâce à son premier single l’aérien « All The Thing We Should Have Done », l’artiste a réussi à se faire une place sur les playlists alternatives. Mature et charismatique, ce premier extrait dévoile une artiste précoce, habitée et envoûtante, tandis que le second « I’m Everything You Say » l’emmène sur des chemins plus sombres ou sa voix poétique presque magnétique, prend un envol insoupçonné. De Lana Del Rey à Florence and The Machine, en passant par la jeune Alice on The Roof, l’artiste semble avoir quelque chose qui nous rappelle quelqu’un, mais ne cherchez pas, le style Louise Eliott se veut unique et mélodique. En attendant, la sortie de son premier EP qui paraîtra le 28 août prochain, on écoute en boucle, ses deux premiers singles, encore, encore et encore ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire