vendredi 15 juillet 2016

Superstore : le nouveau sitcom rafraichissant de NBC

Les beaux jours sont enfin arrivés et c’est le moment de se reposer. Ça tombe bien à cette occasion, The Melting POP vous a dégoté une série à déguster tranquillement cet été. Préparez-vous une ou deux soirées binge-watching, « Superstore » risque bien de devenir votre prochain guilty-pleasure !



Si de notre côté de l’Atlantique, les sitcoms sont rares et bien souvent décevantes, aux États-Unis, le genre est incontournable et l’offre est prépondérante. Pour cause, de « Friends » à « The Big Bang Theory », ces petites comédies qui suivent avec légèreté les quotidiens fantasques d’individus ordinaires ont révolutionné la télévision US. Pour satisfaire le public friand de ces séries qui ont le plus fréquemment pour seule ambition d’égayer les esprits moroses, les networks se lancent chaque année dans un combat intense afin de dégainer LA comédie qui ameutera les Américains moyens devant leur petit écran. Face à l’émergence du câble, d’internet et aussi de réseaux tels que Netflix ou encore Hulu, difficile pour les grandes chaînes de fédérer comme à leur grande époque. Si pour l’heure, « The Big Bang Theory » et « Modern Family » trônent en tête des sitcoms les plus populaires de la télévision, d’autres shows tels que « Mom » ou encore « 2 Broke Girls » ont réussi à se faire une place dans le cœur des Américains.

Dans la course effrénée au titre de network numéro 1, NBC a lancé en décembre la comédie « Superstore ». Sans être hilarante ou innovante, le sitcom réussi sa mission principale distraire et amuser les esprits. Créée par Justin Spitzer qui officiait déjà sur « Scrubs » et « The Office », la série suit le quotidien d’une poignée d’employés d’une grande enseigne de supermarché. Entre deux réunions salariales et un rangement de rayon, les protagonistes de la série font faces à des problèmes journaliers tout en traitant non sans humour, de questions plus sociétales. Racisme, grossesse inattendue, handicap, comme dans tout bon sitcom les épisodes s’enchaînent et les thèmes abordés se règlent sans prétention et en quelques minutes à coups de vannes et de bons sentiments.

Au casting de cette comédie gentillette, on retrouve des habitués de la télé. En tête, America Ferrera (ex-Ugly Betty) qui ici tient le rôle principal, mais aussi Ben Feldman (Drop Dead Diva) et Nichole Bloom (Shameless). Si America Ferrera étonne et s’éloigne de l’image gnangnan que lui avait collé « Ugly Betty », la vraie révélation de la série se trouve ailleurs. En effet, sous les traits de Lauren Ash, le personnage de Dina une manager aux pratiques douteuses et musclées, perce l’écran. Véritable puissance comique de « Superstore » Dina se révèle être LE personnage phare de la série grâce à ses scènes cocasses et ses réactions désaxées.


Composée de 11 épisodes la première saison de « Supestore » a été suivi en moyenne par 6 millions de téléspectateurs. Diffusée de manière inconstante et sans être un succès éclatant, la série a néanmoins réussi à s’intégrer sur la grille de NBC et à décrocher une saison deux dont le premier épisode sera diffusé le 19 août prochain à la suite des Jeux olympiques de Rio, preuve que NBC croit dure comme fer en la puissance du « Superstore » ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire