mercredi 14 décembre 2016

Charlotte Savary : au fil des rencontres et des saisons

L’année se termine, mais chez The Melting POP nous n’avons toujours pas renoncé à vous faire découvrir de nouveaux artistes et de nouveaux univers. Preuve en est, on poursuit aujourd’hui en vous parlant de Charlotte Savary, une artiste qui n’en est pas à ses débuts, mais dont la sortie du premier album solo ne date que d’il y a quelques mois. On vous explique tout ! 



La voix de Charlotte Savary, vous l’avez certainement déjà entendue. Pour cause, depuis 2004 l’artiste a multiplié les projets. Passionnée de musique, Charlotte foule dès son plus jeune âge les scènes de sa région, de fil en aiguille, et comme ce sera le cas tout au long de sa carrière, elle fait une rencontre qui la guidera sur un projet plus concret.  Ce premier saut, c’est « Clover » un duo éléctro-pop – new wave -  qui sortira en 2004 son premier et unique album « World’s End Land ». Passé inaperçu dans les classements, cet album sera néanmoins l’élément déclencheur de la rencontre de Charlotte avec Jean-Christophe Le Saoût a.k.a Wax Tailor. En effet, conquis par la voix de la chanteuse qui est également auteure-compositrice, le DJ français propose à l’artiste de l’accompagner sur son premier album « Tales Of Forgotten Melodies » paru en 2005. Joli succès critique, ce premier opus guidera Wax Tailor sur la voie du succès et celui-ci ne manquera pas de refaire appel à Charlotte sur les trois opus suivants qui rencontreront tous un franc succès dans les charts et sur les scènes du monde entier. Acharnée de travail, Charlotte n’en oublie pas pour autant ses ambitions personnelles et sort en 2008 aux côtés de son ami Philippe Chevalier, « De Fil en Aiguille » le premier album de Felipecha. Sur ce projet 100% francophone, l’artiste s’essaye avec brio au rock français et une fois encore les bonnes critiques sont au rendez-vous. Entre deux apparitions aux cotés de Wax Tailor, Charlotte retourne en studio pour sortir le second album de Felipecha en 2011, mais c’est loin d’être tout puisque l’artiste trouvera par la suite le temps de s’investir sur d’autres projets divers et variés à l’instar de Nouvelle Vague ou encore Meeting Point pour ne citer qu’eux. 

Pop, rock, électro, new wave, en 10 ans de carrière, Charlotte Savary s’est laissé guider au fil de ses rencontres et de ses envies sur des projets qui ont tous eu pour point commun d’être accueilli chaleureusement par la presse spécialisée. Toujours avide de challenge, celle qui révélait en 2015 avoir de nombreuses choses à dire en solo, semble en cette fin d’année 2016, avoir franchi un nouveau cap en publiant son premier album. Intitulé « Seasons » cette première escapade en solitaire emmène la chanteuse sur de nouveaux terrains. Plus intimes et plus mélodieuses que ce vers quoi Charlotte s’était autrefois dirigée, les douze pistes de ce projet guident l’auditeur au cœur des sentiments de leur interprète. Rythmé par l’amour et les saisons, ce premier album est l’occasion pour Charlotte de faire la démonstration d’une douce sensibilité. De fait, sur de chaudes envolées folks, l’artiste pose ses mots et racontes ses histoires personnelles tout en prenant soin d’ouvrir son univers pour nous emmener avec elle. Plus qu’un simple album, « Seasons » est une introspection sentimentale sincère et accessible qui séduit non seulement par ses histoires, mais plus encore par ses compositions soignées. Sur ce projet chaque note résonne comme un voyage à travers le temps et les instants, ainsi on fond pour la chaleur enivrante de « Coming Home » le premier single, on s’égare avec plaisir sur l’envoûtant « Oh Rose » tout en se laissant submerger la sombre lueur de « Your Love Means Nothing ». 

Véritable périple « Seasons » est de par sa construction poétique et intelligente, un projet dont nous aurons bien du mal à nous lasser. Été comme hiver, hiver comme été, les pistes qui le composent nous accompagneront au gré de nos émotions. Laisser vous tenter, la douceur du printemps n’est peut-être plus qu’à quelques notes … 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire