dimanche 30 avril 2017

Exposition: Indie 184 et Théo Lopez à la Galerie Francis Noel

Quelques jours après avoir visité l'exposition "Super Girl Power" de la Galerie Sakura à Paris, The Melting POP reprenait déjà sa vie de cultureux liégeois en se rendant à la Galerie Francis Noel, située à deux pas de Liège-Guillemins. Attirés par les couleurs de l'artiste new-yorkaise Indie 184 qui expose actuellement là-bas, nous n'avons pas résisté à vous toucher quelques mots de notre visite et à partager avec vous quelques photos ... 

Soraya Marquez - Indie 184

La Galerie 

Passionné par l'art plastique depuis sa plus tendre enfance Francis Noel a fait de sa passion son métier en ouvrant en 2015 sa propre galerie d'art contemporain. Spécialisée dans le street-art et ses adaptations, la Galerie Francis Noel met depuis ses débuts, un point d'honneur à accueillir des artistes singuliers, émergents ou confirmés venus de tous horizons. Preuve en est, depuis le 13 avril dernier et jusqu'au 13 mai, la galerie accueille Indie 184 et Théo Lopez pour un duo-show qui vous fera voyager entre New York et Paris. D'un coté, les couleurs de l'art de rue de la douce New-Yorkaise Indie 184, de l'autre l'art abstrait du très jeune artiste parisien Théo Lopez. 

Galerie Francis Noel: Rue du Plan Incliné 75 à 4000 Liège 
Expo Duo New-York / Paris du 13 avril au 13 mai 2017 

Les artistes 

Indie 184: Connue pour ses œuvres proches du graffiti old-school, Indie 184 mélange à sa manière le street-art, le collage et les jeux de textures. Sur ces œuvres, les icônes féminines sont à l'honneur. De fait de Frida Kalho à Rihanna, l'artiste utilise l'image de la femme pour sublimer ses tableaux. Visuellement, l'art de Soraya Marquez aka Indie 184 se veut proche du POPart et de l'art de rue. On ressent les influences new-yorkaises de l'artiste, et on voyage à travers ses couleurs. Chez The Melting POP on l'associerait même à Sid l'artiste parisienne dont nous vous présentions les collages en 2014... Certes le parallèle est rapide, mais venu d'horizons différents, ces deux artistes nous prouvent que malgré les obstacles, les femmes ont plus que jamais leur place dans l'art. 

Cara Delevingne 

Frida Kalho

Rihanna 



Théo Lopez: Face à Indie 184, c'est le parisien Théo Lopez qui présente ses peintures. À 28 ans, le jeune homme fait partie de ces prodiges pour qui l'art semble toujours avoir été une vocation. De ses premiers gribouillages sur le coin de ces cahiers aux galeries d'art, l'artiste a au fil de son parcours aiguisé son œil et ses pinceaux pour imposer sa propre ADN sur ses compositions. Interpellantes les œuvres de Théo captivent et prolongent l'imaginaire, y plonger un regard c'est prendre le risque de se perdre aux confins de vos pensées. 



vendredi 28 avril 2017

Therapie TAXI: le quatuor parisien qui bouscule la chanson française

Il y a quelques jours, The Melting POP prenait quelques jours de repos à Paris. À cette occasion, on vous parlait art & culture avec l'exposition "Girl Super Power" de la Galerie Sakura. Pour rester dans le thème parisien, on poursuit avec une découverte musicale qui fait du bien à nos oreilles: Therapie TAXI. Nouveaux venus sur la scène électro-pop française, les membres de quatuor réussissent l'exploit avec leur premier EP, de marier la chanson française et l'électro tout en y ajoutant parfois, un léger soupçon de rock. Chez The Melting POP, on est déjà fan et on vous en touche quelques mots !


En 2016, c'est grâce/à cause du succès viral de leur très cru et addictif premier single "Salope" que Therapie TAXI émerge sur la Française. Vantant sans embarras l'amour libertin, et fort de punchline trashy, posées sur une composition douce et mélodique, ce premier morceau cumule les cliques et les partages, et réussit à emboîter le pas à ce joli gang parisien. Derrière ce projet on retrouve Adélaïde sorte de mix entre Lio pour le coté rétro-trash et Camélia Jordana pour le grain de voix timide, cassé et branché. À ses cotés trois garçons, Raphael, Félix et Renaud. Visuellement, le groupe ressemble à une version francophone de Neon Trees, musicalement par contre il est difficile de les ranger dans une case. Entre POP française décontractée, électro, synth-pop encore rythmes pop-rock, Therapie TAXI mélange les influences et le premier EP paru le 10 mars dernier en est le meilleur exemple. 



Riche de quatre pistes, ce premier court est un véritable délice. Bourré de fougue et d'innocence, l'univers de Therapie TAXI est également sublimé par des textes audacieux, parfois bruts, mais toujours percutants. Avec pour thèmes, l'amour, la sexualité ou encore le terrorisme et l'alcool, Adélaïde et sa bande réussissent l'exploit de proposer une POP-française accessible et efficace. Oublié le cliché du bobo parisien qui fredonne des rythmes folk en serrant les fesses, place à une équipe qui parle à son époque. Se définissant comme un miroir de la jeunesse et de son temps, Therapie TAXI réussit haut la main son pari. 

Si vous n'êtes toujours pas convaincu, on vous propose de vous évader au son du single "Coma idyllique" une ode à la vie et à la jeunesse. De notre côté, on écoute en boucle le chaud, pétillant et groovy  "Jean-Paul". À écouter d'urgence !

lundi 24 avril 2017

#Exposition: Girl Super Power à la Galerie Sakura

Chez The Melting POP, on a nos petites adresses. Pour preuve ce week-end alors que nous étions (avec Jessie de #FDS) en excursion à Paris nous en avons profité pour faire un passage par la Galerie Sakura. Cette galerie d'art contemporain dont nous vous parlions déjà en septembre dernier. Au programme de leur dernière exposition en date, le "Girl Power". A peine remis de notre road-trip, on vous partage quelques lignes et des petites photos. Let's start the riot ! 



Wonder Woman, Leia Organa, Catwoman ou encore Mère Térésa et Diana, outre le fait d'être des femmes, ces héroïnes réelles et fictives sont devenues de véritables mythes. Premièrement pour la cause féminine qu'elles ont fait évoluer en secouant les mœurs quotidiennes, en réalisant des actes de bravoure ou de manière plus restreinte, mais non moins efficace en bousculant les clichés du grand écran. Ensuite, elles sont devenues dans le paysage contemporain de véritables icônes de la POP-culture. Grâce à ces deux titres cumulés, ces femmes de pouvoir méritaient bien une exposition, et grâce à l'aide d'une quarantaine d'artistes, c'est à la Galerie Sakura sur de nombreux supports et tout en couleurs qu'on leur offre leurs lettres de noblesse. 

Du 11 mars au 4 juin 2017, ces super-héroïnes rencontrent l'art pour le plus grand plaisir des amateurs du genre. Le rendez-vous se tient au 21, rue du Bourg-Tibourg à 75004 PARIS et en voici un petit aperçu. 







jeudi 20 avril 2017

La récap'POP d'avril (partie 2)

Pas de repos chez The Melting POP. Alors que le mois d'avril touche à sa fin, on est de retour avec une seconde édition de notre sélection musicale bimensuelle, la récap'POP. Dans ce nouveau numéro on ne parlera pas de Lady Gaga qui a fait son retour sur la scène de Coachella avec "The Cure" un nouveau single estival aux antipodes de son dernier  album "Joanne" qu'on avait acclamé. Non, on zappe cette déception et on se concentre sur 4 sons qu'il faut au plus vite ajouter dans vos playlists. Musique ! 

Juliette Armanet cartonne avec son premier album "Petite Amie" 


Il y a tout juste un an, en avril 2016, The Melting POP vous faisait découvrir Juliette Armanet et son univers doux et soigné au travers de son excellent EP "Cavalier Seule". Deux mois plus tard, l'artiste revenait même sur le blog pour un entretien exclusif dans lequel elle nous annonçait la préparation et la sortie d'un premier opus. Après quelques mois de travail, le grand jour est enfin arrivé, et "Petite Amie" le premier album de Juliette est paru le 7 avril chez Barclay. Entre POP et variété française, l'interprète de "L'Amour en Solitaire" éveille la curiosité et séduit grâce à un univers léger et délicat qui fait du bien aux oreilles. 

Soutenue par les radios et grâce à une campagne de promotion excellente, l'artiste à réussi l'exploit de hisser son opus dans les 20 premières places du TOP albums en France (+ 2000 exemplaires vendus). Pour l'occasion, on partage avec vous "Je te sens venir" la version française de "I feel It Coming" de The Weeknd, interprété par Juliette avec des cuivres et un piano, cette adaptation prend tout son sens. On adhère et on lui tire notre chapeau !  



Bleachers revient et annonce un nouvel album "Gone Now"

Le 2 juin prochain, le groupe américain Bleachers sera de retour dans les bacs avec son troisième album "Gone Now". Toujours emmené par Jack Antonoff, la petite bande publiera donc le successeur de "Terrible Thrills, Vol 2" paru en 2015. Pour promouvoir ce nouveau projet, le groupe a déjà dévoilé deux singles "Don't Take the Money" enregistré avec Lorde et l'excellent et dansant "Hate That You Know Me" sur lequel on peut retrouver Carly Rae Jepsen

Fruit de deux ans de travail, "Gone Now" comportera 12 pistes. Comme à son habitude, ce sont les amours difficiles qui ont inspiré Jack Antonoff pour produire et réaliser ses pistes. Au sujet de l'opus, il déclare "Go Now est l'album d'un homme seul, essayant de comprendre ses pertes et de passer à autre chose". Annonçant également de nombreuses collaborations ce nouvel opus devrait tenir ses promesses et on l'attend avec impatience. 



Madh: le hip-hop friendly 

À seulement 23 ans, Madh de son vrai nom Marco Cappai a déjà une jolie carrière derrière lui, et vu le joli succès qu'il rencontre dans son pays natal l'Italie on pense pouvoir dire que celle qui est devant lui est aussi promise à de nombreux autres succès. Candidat de la 8e saison d'X-Factor en Italie, il séduit le jury et les téléspectateurs en reprenant Drake, Santigold ou encore les Fugees

Directement après l'émission, il a commencé à publier des singles, et très vite, le succès a été au rendez-vous. Savant mélange de POP et de HIP-HOP, le jeune homme séduit grâce à son look atypique et ses mélodies originales et décapantes. Dernier son en date, "La La La" un morceau hip-hop sur lequel l'artiste lâche un flop décapant. On écoute en boucle et on savoure l'intégralité de sa discographie en attendant son nouvel album à paraître dans le courant de l'année. 



Allie X bientôt de retour avec un deuxième album "CollXtion II" 

Jeune trentenaire venue du Canada, Allie X fait partie de ces artistes qui dans l'ombre ont réussi à mener leur barque et poser les bases d'une solide carrière loin des projecteurs et de la pression que peut imposer l'image d'une POPstar. Pourtant, à en regarder son CV, Alexandra Ashley Hughes n'a pas à rougir de son parcours. EP, albums indépendants, clips, musiques de film, songwriting, l'artiste est partout, et surtout là ou on ne l'attend pas. 

Après avoir publié quatre albums indépendants et un album chez Universal (CollXtion I) l'artiste sera de retour en juin sur le label Twin Music pour proposer son deuxième album studio. Pour inaugurer et promouvoir cet album à paraître le 9 juin Allie a récemment dévoilé le single "Paper Love" un morceau éléctro-pop porté par un refrain entêtant. On vous laisse découvrir. 


dimanche 16 avril 2017

Ruby Cube: 5 garçons dans le vent

Aujourd'hui, The Melting POP poursuit sa mission découverte en vous parlant de Ruby Cube un petit groupe qui fait de la POP comme les Anglais, mais le petit plus, c'est qu'ils sont français et qu'ils sont promis à un bel avenir. Après des premiers pas remarqués en 2016, la bande fait son retour avec un nouveau single annonciateur d'un premier album à paraître en septembre prochain. Avant que tout le monde ne vous en parle, on a décidé de vous les présenter. Focus !



En apparence, les cinq garçons de Ruby Cube ressemblent à ces groupes/boys band interchangeables qui font de la musique pour les radios et qui grâce à des visuels mystérieux et insolents, ont tout pour séduire les midinettes à la recherche de leur prochain coup de foudre. Seulement voilà, l'habit ne fait pas le moine et lorsqu'on gratte un peu, on se rend compte que le projet tient la route et qu'il fait même partie de ce que la scène française propose de mieux en matière de Synth-POP. 

Samson, Joseph, Christophe, Arthur et Eliott (ces deux derniers étant frangins) sont originaires de Toulouse. Ensemble, ils forment une sympathique bande de potes, qui ont décidé de faire la musique. Si au départ, le projet a démarré sans prétention alors qu'ils étaient encore collégiens, l'alchimie a vite fait le reste et dès 2010, alors qu'ils n'ont qu'une seule compo entre les mains, les garçons investissent les scènes toulousaines et se paient même le luxe en 2011 de faire la première partie de Catherine Ringer. Accro à la scène, ils multiplient les concerts et en 2013, ils balancent "Utopia" un premier EP brillant qu'ils auront la chance de défendre sur la scène du Printemps de Bourges. Malgré le potentiel de l'EP, c'est cependant leur retour en 2016 avec les singles "Lobters & Cherries" et "Blood In Love" qui va réellement éveiller la curiosité des médias. Plus POP, les deux morceaux séduisent et captivent grâce à des synthés modernes et ambitieux. Tandis que la vidéo de "Lobsters & Cherries" tournée dans un hôpital psychiatrique, apporte au groupe une aura visuelle qui fait mouche. Dans la même veine, ils proposent aujourd'hui le nouveau single "Precious Stone", une ballade rythmée soutenue par un clip à l'esthétique soignée. Comparés à Metronomy un peu partout sur Internet, les garçons n'ont rien à envier à la bande anglaise et on leur souhaite le même parcours. 

Alors que l'enregistrement de leur premier album, qui paraîtra en septembre 2017, s'est terminé il y a quelques mois, les membres de Ruby Cube reviendront sur la scène du Printemps de Bourges le 19 avril prochain avant de partir faire résonner leurs synthés sur les routes de France. On vous glisse quelques dates juste en dessous et on vous invite à les découvrir de toute urgence ! 


avr. 19 @ Off Printemps de Bourges - Le Bureau @Bourges (18)
juin 09 @ Festival Montereau Confluences (77)
juil 08 @ Rai’stival - Rai (61)
juil 29 @ Off Festival Ecaussysteme - Gignac (46)
sep. 16 @ Festival Massillades - Marseille, France (13)

vendredi 14 avril 2017

Bishop Briggs: la nouvelle révélation de la scène alternative

En ce 14 avril 2017, Bishop Briggs débarque avec son premier EP éponyme. À l'occasion de la sortie de ce premier effort, The Melting POP a décidé de vous en dire davantage sur celle qui a signé son premier succès grâce au single "River" paru en début d'année 2016. Entre POP et trap-music la jeune artiste dévoile un univers qui ne devrait pas vous laisser indifférent.



Il y a un an, Bishop débarquait sur Soundcloud avec "Wild Horse" et "River" deux singles percutants. À cette époque, très peu d'informations ne filtrent sur la jeune femme. Pourtant tout le monde est déjà d'accord pour souligner son potentiel et son talent. Très vite, le bouche à oreille fait son travail et de partage en partage, d'article en article, le single "River" réussit à se faire une place dans les charts alternatifs américains. Cumulant à ce jour plus de trois millions d'écoutes sur Soundcloud et six millions de clics sur YouTube, le morceau fait son nid et inscrit son interprète sur la liste des artistes les plus prometteurs de la nouvelle scène alternative. Pour en arriver là, la jeune femme qui fêtera ses 25 ans en juillet prochain n'a pas suivi un parcours classique. Née Sarah Grace McLaughlin de parents écossais, l'interprète de "Wild Horses" passe les premières années de sa vie à Londres avant de démanger à Tokyo. Là-bas, sa passion pour la musique se développe, et entre cours de piano et premier pas dans une chorale, elle semble s'épanouir. Pourtant, c'est en chantant pour la première fois en public dans un karaoké Japonais que Sarah va comprendre qu'elle est faite pour la scène. Devenue accro aux bars karaoké, la jeune femme se met à écrire, à composer, et se destine à des études de musicologie. Diplômée d'une grande école Hong-Kongienne, elle déménage à 18 ans aux États-Unis pour poursuivre son cursus au Musical Institute de Los Angeles. Une fois arrivée au pays de l'Oncle Sam, l'artiste poursuit ses performances dans les bars du coin en se faisant appeler BishopBriggs, en référence à la ville où ont grandi ses parents. C'est à ce moment-là qu'elle est remarquée par un producteur qui décide de lui faire enregistrer ses premières démos. Très vite, la machine s'emballe et en mars 2016, Bishop se voit proposer un contrat d'enregistrement avec Island Record une filière d'Universal Music qui a notamment signé Justin Bieber et Shawn Mendes

Après quelques mois de travail et de nombreuses performances dans les plus grands festivals américains, Bishop Briggs propose enfin son premier EP. Riche de 6 tracks, ce premier effort qui contient les tubes "River" et "Wild Horses", et définit par la jeune femme comme un mélange de trap-music et de POP-moderne. Entièrement écrites et composées par ses soins, ses six premières pistes sont également teintées d'une soul envoûtante qui entraîne l'auditeur dans l'univers sombre et captivant de la jeune femme. Soutenu par une voix puissante, ce premier travaille séduit de bout en bout et nous fait languir d'entendre la suite. À l'affiche de Coachella, mais également en tournée à travers toute l'Amérique du Nord, Bishop ne semble pas avoir fini de nous séduire. 


jeudi 13 avril 2017

#POPCulture: Zoom sur America's Next Top Model, l'immortel de la télé-US.

Aujourd'hui sur The Melting POP, on est de retour avec un nouvel article #POPCulture. Si l'idée de départ était, en ce mois d'avril, de vous proposer un article sur les Power Rangers, ces icônes du petit écran qui ont marqué plus d'un gamin de la Génération Y, et qui débarquent aujourd'hui dans les salles obscures, nos plans ont été quelque peu contrecarrés quand nos confrères des Inrocks, ces filous qu'on adore, ont dégainé un article qui résume parfaitement notre pensée. Au lieu de faire de la redite, on vous suggère d'aller lire ce qu'ils ont écrit. Tandis que de notre coté, on va s'intéresser, à un mastodonte de la télévision Américaine, America's Next Top Model



Reposant dans les grandes lignes sur la même mécanique que RuPaul's Drag Race, America's Next Top Model est une émission de télé-réalité qui est apparue sur les écrans en 2003. Depuis lors, 23 cycles (saisons) ont été diffusés et le show reviendra en 2018 avec une 24e salve d'épisodes. Certes moins populaire qu'à ses débuts, le concours qui a pour but de partir à la recherche de la future star du mannequinat aux USA, a cependant réussi à s'imposer comme l'un des rendez-vous les plus cultes du petit écran. La recette du succès de l'émission est simple. Premièrement, elle est produite et animée (a l'exception de la 23e saison) par Tyra Banks, un top model phare des années 90 qui a réussi à mener sa barque aussi bien sur le papier glacé, que sur les podiums et les plateaux de télévision. Véritable atout de l'émission, Tyra offre à son bébé, une crédibilité puissante, ainsi qu'une image de marque. Drôle, positive, mais parfois piquante, elle réussit à porter, à la fois la casquette de maître de cérémonie qui distribue les bons et les mauvais points, et celle de la bonne copine qui est toujours là pour soutenir ses poulains et les aider à progresser. Pour ajouter un peu de piment et de cohérence à la recette, Tyra s'entoure chaque saison, d'un jury de professionnels qui l'aide à sélectionner et évaluer les candidats. Parmi les juges les plus mythiques, on retiendra la redoutable et hilarante Janice Dickinson (saison 1 à 7) que beaucoup considèrent comme la première "supermodel", l'intransigeante Kelly Cutrone (saison 17 à 22), ainsi que Jay Alexander et Jay Manuel qui ont tous deux à leur manière marqué l'émission de leur essence.  Autre ingrédient clé du programme, ses épreuves. En 23 saisons, les candidats ont shooté avec tout et n'importe quoi, sous tous les angles, dans toutes les positions et sous toutes les coutures. Shootings dans les airs, avec des animaux, recouverts de peinture, la tête à l'envers, en duo, en groupe ou encore sous l'eau, les équipes de productions se sont démenées pour proposer aux téléspectateurs le meilleur et parfois le pire du mannequinat. Certains clichés et certains effets ne resteront pas dans les annales, mais c'est aussi les petits défauts qui font d'un programme, un véritable mythe. 

Avec 23 saisons et une mécanique bien huilée, le programme a sans cesse tenté de se renouveler: une saison All-star (qui reste l'une des moins réussies de l'histoire d'ANTM), une battle US VS UK, utilisation de nouvelles technologies pour les photos et les retouches, mise à contribution des réseaux sociaux ou encore apparition des garçons dans les saisons 20,21 et 22, les équipes d'America's Next Top Model n'ont reculé devant rien et surtout pas devant la baisse des audiences (6 millions pour la saison 2 sur UPN contre 1,5 pour le 22e cycle sur CW), pour en mettre pleins les yeux au public. 

Malgré ses qualités indéniables, on reprochera cependant au programme, d'avoir trop souvent sombré du coté putassier et tire larme de la chose, en montrant des candidats qui ont vécu tous les malheurs du monde. Après 23 saisons, on en serait presque à se demander si les déboires familiaux et autres troubles de la personnalité ne sont pas des atouts pour faire partie de la sélection finale. Quoi qu'il en soit, avec plus de 300 épisodes et presqu'autant de candidats, l'émission reste l'une des télés-réalités américaines les plus cultes de sa génération. Adapté dans près d'une quarantaine de pays, le format a également rencontré un franc succès en Australie, en Allemagne, en Angleterre et aux Pays-Bas. En France et Belgique, les adaptations n'ont connues que deux courtes saisons, qui n'ont pas remporté les faveurs du public. 

Renouvelée pour une 24e saison qui sera diffusée à l'hiver 2018, America's Next Top Model verra le retour à la présentation de l'icône Tyra Banks qui avait laissé sa place à Rita Ora dans le cycle 23. Toujours diffusée sur VH1 comme c'est le cas depuis l'annulation du programme par la CW en 2015, l'émission verra s'affronter comme chaque saison une quinzaine de candidats. Grande nouveauté pour cette future saison: plus aucune limite d'âge. Voilà une révolution qui promet encore de nombreux rebondissements. Pour conclure, notons que grâce à l'émission près d'une cinquantaine de candidats ont réussis à faire carrière dans le milieu de la mode et certains ont même réussis à se faire une place à la télévision, c'est le cas de Yaya Dacosta, Eva Marcille ou encore Nyle Dimarco

lundi 10 avril 2017

#Music: lumière sur le phénomène Stupeflip

Digne de l'une des meilleures "attaques" d'Anonymous, l'annonce du retour de Stupeflip a fait grand bruit sur Internet. À peine ouverte, la campagne de financement participatif que le groupe avait débutée sur Ulule pour financer son nouvel album à exploser tous les compteurs. Paru début mars, l'album en question intitulé "Stup Virus" s'est même payé le luxe de signer le meilleur démarrage de leur carrière. Ovationnés depuis leurs débuts par la presse spécialisée, les membres du C.R.O.U ont réussi à tisser au fil de leurs opus, un univers musical et visuel aussi détonant que mystérieux. Au-delà de ça, ils ont également tracé ici et là, et sans que personne ne les voient venir, les lignes d'un parcours qui les guide aujourd'hui au sommet de leur reconnaissance artistique. Acclamé par les médias et désormais porté aux nues par le public, Stupeflip fait aujourd'hui office de référence dans le milieu de la musique underground francophone. Toujours à l'affût des dernières tendances, The Melting POP s'est penché sur le phénomène, lumière ! 



Pour le grand public, c'est au début des années 2000 que débute l'aventure Stupeflip. Pourtant, dès les années 90, King Ju et ses acolytes Cadillac et Mc Salo sont déjà sur les routes et dans les minis salles de concerts pour envoyer leur punchlines et faire résonner leurs instrus singulières. Rap, hip-hop, punk et sonorités éléctros Stupeflip frappe partout, surtout là où on ne les attends pas, et c'est ça qui va séduire le public. Insolent et perturbateur, le style Stupeflip fait mouche et le groupe signe avec BMG. Cependant, après deux albums ("Stupeflip" & "Stup Religion") dont les ventes resteront relativement confidentielles, BMG rompt son contrat avec le C.R.O.U et les membres du groupe suivront des trajectoires diverses durant les 5 années qui suivent. En 2010, le train se remet en marche et grâce aux soutiens des fans de la première heure, le 3e album "The Hypnoflip Invasion" débarque dans les bacs en février 2011. Toujours aussi explosif, ce nouvel album un brin moins agressif obtiendra les faveurs de plusieurs grands médias et la tournée qui en découlera sera couronnée de succès. Depuis lors, outre un EP en 2012, King Ju et sa bande délurée n'avaient plus vraiment fait parler d'eux. Malgré ce silence, ils ont surpris tout le monde à l'automne 2016 en lançant une campagne de financement participatif sur Ulule. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'initiative s'est transformée en réel succès, puisqu'en moins de temps qu'il ne le faut pour le dire, le groupe a réussi à amasser un peu moins de 500.000 euros pour produire et promouvoir son 4e album “Stup Virus”. Grâce à ce chiffre (d)étonnant, Stupeflip a même réalisé l'exploit de se classer sur la troisième marche des projets les mieux financés au niveau mondial sur la plateforme ! Les clés de ce succès sont dues à une attente du public, mais aussi à l'ingéniosité du Crou, qui en utilisant des techniques propagandistes et subliminales détournées avec humour ont réussi faire de leur projet une véritable aventure. 

Paru le 3 mars dernier, “Stup Virus”, est directement entré sur la 6e marche des charts avec plus de 6.600 ventes en première semaine. Toujours affublé de son esthétique singulière, ce 4e album permet aux fans de la bande de retrouver un Crou qui n'a rien perdu de l'énergie de ses jeunes années. Riche d'une vingtaine de pistes, “Stup Virus” séduit de par son écriture brute, même si elle l'est parfois trop, et ses productions hip-hop qui donnent envie de secouer la tête d'un bout à l'autre de l'album. Si les fans de la première heure semblent reprocher au groupe de s'être aseptisé pour séduire les radios et les oreilles plus chastes, on qualifiera plutôt l'adoucissement du Crou, d'évolution logique. De fait, n'oublions pas que malgré leur énergie débordante, King Ju et sa bande sont désormais de vieux adolescents de 40 ans, et peut-être qu'ils montrent enfin quelques signes d'apaisement et de maturité. Plus accessible, cet album reste néanmoins destiné à des oreilles aguerries, mais les fans de hip-hop y trouveront certainement leur bonheur. Après plus de 15 ans sur le devant de la scène, Stupeflip reste ce qui se fait de mieux en matière de sonorités urbaines sur le territoire francophone, et les amateurs du genre n'ont pas à bouder leur plaisir ... 


vendredi 7 avril 2017

La récap'POP d'avril (partie 1)

La récap'POP, c'est le rendez-vous musical immanquable de The Melting POP. La sélection des titres à découvrir et à rajouter le plus rapidement possible dans vos playlists journalières. Pour ce premier numéro d'avril, on prend des nouvelles de quelques habitués du blog et on poursuit notre mission en vous faisant découvrir quelques nouvelles têtes... Musique ! 

Charlotte&Magon poursuivent l'aventure avec un album financé par les internautes 

En décembre dernier, vous étiez nombreux à découvrir sur le blog, le duo Charlotte&Magon. Délicats et authentiques, ces deux amoureux de la musique étaient avec nous pour parler de leur EP "Power In" et de leurs petits projets. Aujourd'hui, après quelques mois de travail et grâce à plus d'une centaine de microcultivateurs, les deux artistes sont fiers de vous annoncer que leur prochain album "Lyrical Miracle" sera publié grâce au soutien du financement participatif. 

Chez The Melting POP, on est super fier de nos poulains et pour l'occasion on a décidé de partager avec vous le titre "Egg Dance" qu'ils ont eux-mêmes réalisé. Talentueux et délurés, Charlotte et Magon ont encore de beaux jours devant eux. Nul doute qu'on vous reparlera de leur album qui devraient contenir 9 pistes et paraître dans le courant de l'année, restez connecté ! 



Boys in Lilies nous fait patienter avec "Eternal" 

En octobre 2016 sur The Melting POP, le duo féminin français Boys In Lilies explosait le compteur de vues et devenait l'article le plus lu du mois. Face à ce plébiscite, et parce qu'on avait adoré l'univers des deux jeunes femmes et leur EP "Take No Dance", on a décidé de vous donner de leurs nouvelles. 

Discrètes sur les réseaux sociaux depuis quelques semaines, les deux amies sont revenues fin mars avec un nouveau titre et une nouvelle vidéo. Intitulé "Eternal" ce nouveau morceau toujours aussi doux et délicieux et un avant-goût du 4e EP qui devrait sortir durant la 2e partie de l'année. On sait que l'attente va être longue, mais si vous vous ennuyez, n'hésitez surtout pas à (re)découvrir leur univers, ainsi que l'excellent "I Think I Heart You" qui reste l'un de nos plus gros coups de cœur de ces derniers mois !



Grace Savage débarque avec "Medusa" 

Tout droit venue d'Angleterre, Grace Savage est une artiste étonnante et prometteuse qui sortira "officiellement", son premier EP "Savage Grace", financé par les internautes dans le courant de l'année 2017. De fait, après une première campagne menée avec succès en 2015, l'artiste a dû revoir ses projets, suite à une procédure judiciaire qui lui a fait perdre ses promesses de dons. Qu'à cela ne tienne, la jeune femme qui a été couronnée à deux reprises championne de Beatbox dans son pays natal et qui est également une jeune comédienne talentueuse, nous offre aujourd'hui son premier single "Medusa". 

Sur cette piste alternative et énergique qu'elle a écrite et composée, l'artiste nous fait découvrir son univers et son talent, à suivre de près.



K I R B Y - "Loved By You" - le coup de cœur web 

Sur The Melting POP, on adore être précurseur de tendances, et vous faire découvrir des artistes bien avant qu'ils n'émergent. Cependant, il nous arrive de passer à côté de certains talents, et c'est le cas avec K I R B Y une jeune Américaine qui a publié son single "Loved By You" il y a un peu plus d'un an et qu'on vient seulement de découvrir. 

Pour la petite histoire, Kirby a signé un contrat avec une maison de disque à l'adolescence. Bourrée de talent, et dotée d'une plume déchirante, elle a publié quelques titres sur le web et a surtout écrit pour des artistes tels que Monica, Jennifer Lopez ou encore la "gangstaKat Dahlia. Malheureusement, la dureté du milieu musical l'a poussée à entamer une longue traversée du désert. 

Originaire du Mississippi, Kirby Lauryen de son nom complet est une amoureuse de la soul et son titre "Loved By You" qu'elle a écrit et composé, est la preuve formelle que le web recèle encore de quelques talents bruts. Publié en début d'année 2016, "Loved By You" signait le retour de Kirby. Hélas depuis ce titre, l'artiste semble s'être re-murée dans le silence, à moins que ça ne soit pour nous préparer quelque chose... affaire à suivre. 

mercredi 5 avril 2017

Fashion #59: The Guy With a Touch of Red

Enfin, les journées se rallongent et les douces après-midi de printemps remplacent le froid et les pénibles moments de l'hiver. Comme de nombreux Belges, on profite du moindre rayon de soleil pour sortir les T-shirts, s'installer en terrasse et déguster les premières glaces de l'année. En bon fashionblogger, on en profite également pour ranger les vestes au placard et commencer à ressortir des pièces qu'on avait légèrement mises de côté.  

I Don't Do Drugs, I'm Drugs
Ainsi, pour ce 59e look, j'ai décidé de mélanger du rouge et du bleu, en ressortant, et c'était probablement là leurs derniers moments, mes sneakers rouges favorites ! Toujours affublé d'un bonnet et toujours devant ma jolie porte bleue (si vous connaissez de sympathiques endroits ou shooté à Liège, je suis preneur), j'ai entrepris de vous offrir à travers quelques clichés mon premier look printanier de l'année 2017. Évidemment, mon pull fétiche qui reprend une célèbre citation de Salvator Dali était lui aussi de sortie. Je dois avouer que j'aime l'effet que fait ce petit message sur les passants dans la rue. Les pulls à message c'est définitivement trop la vie, surtout quand ils vous vont bien... Get Yours ! 











What I Wore: 

Accessories: Claire's, Bershka, Primark // Bandana: Primark // Beanie: Forever 21 // Jeans: Primark //  Jumper: NewYorker // Sneakers // Celio // T-Shirt: Bershka 

lundi 3 avril 2017

The Walking Dead: stop ou encore ?

Il y a sept ans, la chaîné AMC lançait sur son antenne la série The Walking Dead. Connue de tous et vénérée par des millions de fans dans le monde, l'adaptation télévisuelle de la bande dessinée du même nom a séduit de par son atmosphère apocalyptique, ses rebondissements en cascade et des disparations tragiques à foison. Cependant, si nous sommes ici aujourd'hui avec vous, ce n'est pas pour crier notre amour envers la série et vous amener à la découvrir, on l'a déjà fait dans un article en 2014, mais plutôt pour faire le point sur un show qui commence doucement, mais surement à montrer des signes faiblesses. Après 99 épisodes, le show imaginé par Robert Kirkman peut-il encore continuer sans décevoir le public ? On fait le point sur The Melting POP ! 



On ne va pas se mentir, tout ou presque a était dit sur la septième saison de The Walking Dead. Après un season premiere qui a retourné les tripes et le cœur de nombreux téléspectateurs, la série s'est enlisée au fil des épisodes dans une monotonie abyssale. Manque de rythme, intrigues soporifiques et personnages sous-exploités (elle était ou Carole cette saison bordel ?), le show qui avait auparavant toujours réussi à maintenir le cap malgré quelques épisodes un brin mollassons a même fini par décevoir les fans de la première heure. Ainsi, la série est passée de 17 millions de téléspectateurs en octobre 2016 à un peu plus de 10 millions pour les épisodes diffusés en mars dernier. Certes toujours très plébiscitée, et encore plus pour une série diffusée sur le câble, The Walking Dead a vu ses audiences s'éroder, et les critiques, qu'elles viennent des médias ou du public n'ont pas été des plus tendres. Qu'à cela ne tienne, les producteurs de la série ont déjà déclaré qu'ils ne changeraient pas leur fusil d'épaule pour la 8e saison qui débutera en octobre prochain. De fait, Greg Nicotero producteur et réalisateur de la série a déclaré en mars dernier à un journal anglais que les critiques ne changeraient rien à l'écriture des futurs épisodes: 

"Nous écrivons la série que nous souhaitons écrire et si les gens réagissent et qu'ils n'aiment pas, ça ne changera rien". 

Face à cette réponse tranchée, les fans qui ont toujours soutenu la série sont restés légèrement dubitatifs. Pour cause, si la série a multiplié les records, c'est avant tout grâce à sa communauté ultra-active, qui n'hésite pas à enrichir les forums et les réseaux sociaux afin d'entretenir le suspense. Reprochant aux producteurs une intrigue qui patauge et des choix scénaristiques qui ralentissent l'évolution de la série et de ses personnages, les fans désespèrent et les moins téméraires finissent par quitter le navire. 

Malgré ses défauts et l'insistance nonchalante des producteurs, la série a prouvé avec les derniers épisodes de la saison 7 que le potentiel du passé n'avait pas totalement disparu sous les coups de batte du terrible Negan. Émotions, suspense et cadence scénaristique qui scotchent le spectateur sur son siège, The Walking Dead n'a rien perdu de son essence. Cependant, et ça commence à devenir une habitude que désapprouvent totalement les aficionados, la série joue beaucoup trop ses cartes sur quelques épisodes clés. Telle une relation amour-haine, la série gâte puis rejette ses spectateurs sans vergogne avant de les rameuter devant leur écran tel un pervers narcissique en leur offrant l'action qu'ils ont toujours demandé. Évidemment, on ne demande pas à la série d'AMC de devenir aussi haletant que les meilleures saisons de Lost ou 24H Chrono, de toute façon on est persuadé que nos cœurs et nos estomacs ne sont pas prêt pour ça. Mais on aurait bien besoin d'être surpris comme à la bonne époque, quand un personnage pouvait se faire déchiqueter en plein milieu de saison sans qu'on ait eu le temps de réfléchir à l'éventualité de sa disparition. 

Un conseil si les producteurs veulent que la série perdure jusqu'en 2030 comme ils l'ont récemment annoncé, il serait peut-être préférable qu'ils mettent un peu d'eau dans leur vin en écoutant un minimum les critiques et ce, avant qu'elles n'aient totalement dévoré leurs audiences! 

En attendant la 8e saison, je vais de mon côté regarder encore et encore, le season 7 final qui a vu mon personnage préféré se sacrifier pour l'amour des siens ! À bientôt, et N'hésitez pas à partager l'article tout en laissant votre avis: The Walking Dead: stop ou encore ?  

dimanche 2 avril 2017

#ITW: Big Junior - l'interview découverte

En février dernier, la formation française Big Junior débarquait sur le devant de la scène avec "Snii" un premier EP prometteur et bourré d'énergie. À l'occasion de la sortie de leur second court "Osiris" qui débarquera dans les bacs le 7 avril prochain, The Melting POP s'est entretenu avec Mathieu, Richard, Adrien et Johan, 4 musiciens atypiques et décalés qui n'ont pas fini de faire parler d'eux. Entretien avec un quatuor prometteur et bourré d'humour ! 



Comment a démarré l'aventure Big Junior ? 

Tout a démarré il y a un peu moins de deux ans. On se connaissait déjà avant, chacun avait monté ses propres projets. En formant Big Junior, on avait dans l'idée de faire de la musique qui nous plaise et qui puisse parler au public. On ne voulait pas d'un truc déjà vu ou déjà entendu. On voulait un truc qui frappe, mais on voulait aussi s'éclater sans trop se poser de question. 

Comment définiriez-vous le son Big Junior ?

C'est très simple, pour nous c'est de la Hip-Wave. On a essayé de faire quelque chose qui ne ressemble à rien de ce qui a déjà pu être entendu. En partant dans cette direction, on voulait éviter d'être placé dans des cases pré-construites. 

Votre premier EP est sorti en février dernier, vous pouvez nous raconter la genèse de ce projet ? 

Pour faire un peu d'humour, je dirais qu'on a parcouru le chemin, référence à Kyo ! (rires) Plus sérieusement, cet EP c'est une carte de visite, on voulait se présenter et faire découvrir notre univers. On a beaucoup répété pour élaborer "Snii" mais c'est aussi un projet impulsif. Pour le moment, on fait tout nous même. Mais bon, ce n'est que le début et si une major nous écoute et veut de nous, on ne dira peut-être pas non. Ça dépend, il faut négocier. (rires)

Le 7 avril, vous sortez "Osiris" le deuxième EP ...

Yes! ça débarque le 7 avril. Ici, on a voulu partir sur un projet plus mature, les compos sont plus travaillées, on a passé beaucoup plus de temps à l'écriture. "Osiris" c'est un nouveau départ pour Big Junior. D'ailleurs, on en profite pour remercier tous les Kiss Kiss Bankers, qui nous ont aidés à financer ce projet ! 

C'est difficile de se faire une place dans le milieu musical quand on débute, est-ce qu'il y a un parcours d'artiste ou de groupe qui vous inspire ? 

Euh Justin Bieber évidemment. Il a trop de sex-appeal (rires). Sinon Christophe Maé pour la régularité des compos et sinon Christophe Willem, grand, grand ,grand artiste ! (rires). On rigole évidemment. Après, dans les carrières qui nous font rêver on peut citer Damon Albarn, Gorillaz, The Do, Deluxe. C'est des parcours qu'on aimerait suivre, mais on n'a pas de grandes exigences. À partir du moment où on pourra vivre correctement de notre musique, on sera déjà très content! 

C'est quoi la suite ? 

Pour le moment on défend "Born To Cry" notre nouveau single qui donne bien envie de remuer du croupion avant l'été (rires). Sinon, chaque titre de l'EP est un single potentiel, donc on va en sortir d'autres et préparer de nouveaux clips. Ça arrive bientôt ! On a pas mal de dates de concert dans l'agenda et une grosse exclu pour la fête de la Musique. 

Vous lâchez le scoop pour les lecteurs de The Melting POP 

Allez ! On sera en concert pour la Fête de la Musique en compagnie de Deluxe sur le Port de Monaco. Sinon, juste avant l'été, on prépare un remake de 8 Miles. Ça sera 1 mile, centré sur nous, ça sera plus court, et ça coûtera moins cher ! (rires)

Sérieusement ? 

Non, non, c'est pour la blague, mais on prépare pas mal de choses, restez connecté ! 


samedi 1 avril 2017

Blogger #2: ces articles que vous ne lirez jamais

Il y a tout juste un mois, j'inaugurais avec vous ma toute nouvelle rubrique #blogger sur le blog. Une rubrique via laquelle j'ambitionnais de vous offrir mensuellement, un article lié à ce que peut-être amené à vivre un blogueur au quotidien. Pas habitué à parler de ma petite personne sur le web, je savais qu'il serait difficile pour moi de réussir à maintenir le cap, mais j'étais apte à relever le défi. Malheureusement, après plusieurs semaines de réflexion, je dois avouer que les idées ne se bousculaient pas dans ma tête. Par chance, ma blogueuse favorite Jessie de #FDS est venue à ma rescousse en me proposant une idée qui est aujourd'hui le thème de ce deuxième article:

 "Et si tu parlais de tous ces articles qu'on peut écrire ou avoir envie d'écrire, mais qui finalement, pour diverses raisons, ne sortent jamais ?



Pour être un bon blogueur, il faut sans cesse être sur le qui-vive, et regorger d'idées pour alimenter son blog et tous les petits réseaux qui en découlent. Bien que bloguer soit avant tout une passion, la pratique peut très vite vous prendre beaucoup de temps. Ainsi, du moment où vous trouvez l'idée d'un article au moment où celui-ci arrive sous les yeux de vos lecteurs, il peut s'écouler quelques jours. En effet, Rome ne s'est pas construit en un jour et lorsqu'on veut faire les choses bien, il faut les travailler et les approfondir. Malheureusement, parfois, malgré toute la bonne volonté du monde, les éléments se déchaînent contre vous et quand l'arrivée de l'article n'est pas repoussée, elle peut être tout bonnement annulée. Les raisons de ces reports ou annulations sont nombreuses et variées, mais la plus courante, c'est le syndrome de la page blanche ! Eh oui, ce moment où malgré tout vos efforts, vous restez devant votre clavier à attendre qu'une illumination suprême qui ne viendra jamais, imprègne votre être et vous aide à avancer. Deuxième souci majeur du blogueur, la technologie. Un fichier qui disparaît, une fausse manœuvre, votre ordinateur qui s'éteint ou tout simplement une mauvaise sauvegarde et hop, c'est de longues minutes, voir des heures de travail qui se meurent et n'aboutirons jamais chez vos lecteurs. Autre souci de taille, le perfectionnisme. Parfois, vouloir trop bien faire entraîne à ne rien faire du tout, on écrit, on supprime, on écrit, on supprime et finalement on arrête tout, quand la méticulosité pointe le bout de son nez, ce sont des articles entiers qui sont jetés à la poubelle. 

Passons ensuite aux aléas extérieurs. Dans cette catégorie, la météo peut très vite devenir le pire ennemi du blogueur. De fait, quel blogueur n'a jamais prévu d'aller shooter un look ou tirer quelques photos de paysage avant de voir son programme totalement chamboulé par une pluie impromptue ou des rafales de vent digne d'un mauvais film catastrophe ? Évidemment, vivre en Belgique apporte son lot d'avantages, mais si les saisons pouvaient rien qu'une fois suivre un cours logique on en serait grandement reconnaissant. Dernière raison d'abandonner un article ? La déception. Si certains blogueurs on fait de la critique leur fonds de commerce, pour d'autres il n'est pas toujours évident de parler de quelque chose qui ne leur a pas plu ou qui les a déçus. Qui ne sait jamais rendu à un concert ou à une exposition en espérant en tirer un article avant de ressortir avec l'impression d'avoir été vidé de toute substance créative ? Quoi qu'il en soit, vous l'aurez compris, il n'est pas toujours évident d'arriver à mettre en ligne ces idées ou ces envies. Pour terminer cet article, je vous dresse une petite liste non exhaustive, des articles que j'ai voulu écrire, que j'ai commencé à écrire, que j'ai totalement écrits, mais que malheureusement, vous ne lirez jamais ! 

  • Amy Winehouse, 5 titres qui ont marqué sa carrière (une mauvaise sauvegarde et je perds un des articles que j'avais le plus travaillé) 
  • La critique du dernier album de The Pretty Reckless (celui-là, je l'ai écouté, mais je ne compte plus le nombre conséquent de disques qui prennent la poussière sur mon bureau) 
  • Journal d'un célibataire à la Saint-Valentin (trop de chose à dire, j'écrirai un roman un jour) 
  • J'ai testé pour vous avoir une barbe (ça va faire 1 an et demi et je suis toujours en attente) 
  • Des looks où la météo ma gentiment friendzoné (et d'autres ou je n'aurais tout simplement pas du essayer, vous savez ces jours où même dans le noir vous n'êtes absolument pas photogénique ?) 


Bref, j'aurai pu aller plus loin, mais on va s'arrêter là. N'hésitez pas à partager vos expériences en commentaires et si l'article vous a plus envoyez-moi vos idées pour les prochains numéros de la rubrique, à dans un mois !