vendredi 5 mai 2017

#Critique: Blondie entre hier et aujourd'hui sur "Pollinator"

En ce mois de mai, le légendaire groupe Blondie est de retour avec "Pollinator" le onzième album studio de leur carrière. Toujours emmené par la sulfureuse et rock'n'roll Debbie Harry, le groupe tente avec ce nouvel opus de prouver qu'il est toujours dans le coup en invitant aux crédits de l'album, une pléiade d'invités prestigieux . Il faut dire qu'après l'accueil glacial que la presse et le public ont réservé à leurs derniers projets, Deborah et sa bande se devaient de frapper fort afin de séduire et rassembler avec de nouvelles pistes. Considéré comme l'une des dernières légendes vivantes de la scène punk, Blondie tente le tout pour le tout sur "Pollinator"... Découvrez la critique sur The Melting POP.



"The Tide is High", "Call Me", "Atomic", "Heart of Glass", en quarante ans de carrière, Deborah Harry et sa bande de musiciens ont enchaîné les succès, à tel point qu'aujourd'hui encore, jeunes et moins jeunes fredonnent à tue-tête leurs mélodies qui semblent sans complications traverser les générations. Pourtant, à moins d'être un fan invétéré du groupe et à l'exception de "Maria" en 1998 qui figurait sur l'album "No Exit", il est difficile pour le grand public de citer un titre de Blondie paru après la fin des années 80. Cependant, malgré des ventes en net recule et des projets passés inaperçus (on fait notamment référence à "A Rose By Any Name" leur featuring avec Beth Ditto du feu groupe Gossip), Blondie peut se vanter, de continuer à remplir les salles par lesquelles ils passent, tout en multipliant les festivals à travers le monde. Fort d'une image de marque et d'une notoriété scénique qui ne semble pas s’essouffler, la formation new-yorkaise poursuit donc sa route avec "Pollinator" déjà défendu depuis quelques semaines par le single "Fun", une piste dance décevante et autotunée au possible et produite par John Congleton qui a pourtant travaillé au retour salué de Nelly Furtado sur son dernier opus "The Ride". Outre ce jeune producteur de renom, le groupe a fait appel à de nombreuses pointures pour revenir en force. Ainsi de Sia à Charli XCX en passant par Joan Jett, le guitariste de The Smiths ou encore Blood Orange, la liste des collaborations de "Pollinator" surprend et à l'écoute le disque se veut tout aussi étonnant. 

Riche de 11 pistes, ce nouvel album jongle entre ce que le groupe a produit de mieux et des productions douteuses qui auraient mieux fait de rester dans les cartons. Dans ce registre, outre "Fun" qui semble avoir été choisi dans le simple but de dépoussiérer l'image du groupe, on ne retiendra pas, l'inaudible et fumeux "Best Day Ever" qui semble tout droit sortie d'un vieil album de Courtney Love, et où la voix de Debbie n'est pas à son avantage. Le constat est le même sur "When I Gave Up on You" ou on regrette qu'elle n'ait pas abandonné les aigus. Quant à "Fragments" la piste de fermeture aux accents baroques, on ne peut pas dire qu'elle serve vraiment les intérêts de l'album. Outre ses déceptions, "Pollinator" est l'occasion pour Blondie de renouer avec ses racines tout en y ajoutant un soupçon de modernité, à ce titre on peut citer "Gravity" l'excellente reprise de Charli XCX, qui s'intègre parfaitement à une sélection des meilleures pistes du groupe, ou encore "Long Time" qui nous fait penser à une version moderne et 2.0 du tube "Heart of Glass". Ensuite, qu'elles soient résolument rock ("Doom or Destiny", "My Monster") ou teinté d'un léger souffle de disco ("Too Much", "Already Naked"), les pistes de "Pollinator" se laissent écouter en laissant flotter derrière elles un doux voile de nostalgie. 

De très loin l'un des meilleurs albums que la formation ait proposé depuis très longtemps, ce 11e opus est malgré quelques erreurs, un véritable plaisir auditif. Petit bémol, on regrette que le groupe n'ait pas misé sur l'excellent "Love Level" en qualité de premier single. Enregistré en compagnie de l'acteur américain John Roberts, le titre sensuel et dansant aurait probablement séduit les fans d'hier et d'aujourd'hui, grâce à ses cuivres chaleureux et son refrain moderne... Qu'à cela ne tienne, l'été arrive et quoi qu'il en soit notre playlist estival contiendra du Blondie, encore et toujours !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire